Accueil > Musique > 2006 > Hot Chip : The Warning

Hot Chip : The Warning

mardi 29 août 2006, par Seb


Attention le nouvel album de Hot Chip arrive. Pas d’inquiétude ce n’est pas de la musique d’Amiga 500 mais celle d’un petit groupe d’Outre-Manche qui se perd entre pop et electro pour résumer.

Connu du grand public grâce au hit que l’on a entendu encore et encore (Over and Over), Hot Chip se révèle plus calme dans l’ensemble.
Si la première plage effraie, c’est normal. L’introduction en rebutera plus d’un. Un beat ultra breaké assez agressif contraste drastiquement avec les voix (op)posées. Quelques passages sans percussion rendent le tout presque digeste. Bref tout ceci n’est guère représentatif de la suite. De fait on nage par la suite dans des rythmes assez légers, bouclés, limite un peu trop simplistes nappés de mélodies gentillettes. Des clochettes rappellent parfois les carillons qui tournaient au dessus de nos têtes lorsqu’on était bébé (Cfr Colours, Look after me ou Won’t Wash). Tout ceci est toujours supporté par une voix féminine (et parfois masculine) qui donne aux morceaux tout leur sens. On assiste néanmoins à quelques soubresauts des bpms avec Boy From School ou Arrest Yourself mais n’y cherchez pas le futur dance floor killer.

Musicalement et techniquement, pas de révolutions à l’horizon. On est plus en présence d’un album d’une bande de potes qui s’amuse sans chercher la complication. Néanmoins la sauce pop/electro prend bien mais j’avoue me lasser avant la fin de l’album.

Toutes ces bases sont surtout le terrain propice aux remixeurs du genre pour s’en donner à coeur joie comme DFA (comme par hasard) avec Just Like We, Erol Alkan avec Boy from School ou bien encore le très bon Solid Groove remix de Over and Over.

Bref, un album à savourer au coin de la piscine un cocktail maison à la main, après un nuit qui s’est terminée aux aurores. (Seb)

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)