Accueil > Musique > 2006 > Charlotte Gainsbourg : 5.55

Charlotte Gainsbourg : 5.55

lundi 11 septembre 2006, par Marc

Fifille a convoqué une dream-team


On voit enfin la fin de la vague, mais on a beaucoup vu Charlotte Gainsbourg. Charlotte en couverture des Inrocks, Charlotte plusieurs fois en podcast, Charlotte qui parle de son papa mais n’aime pas trop ça, etc… Charlotte est une Actrice fashionable, alors autant en profiter. En profiter pour recruter du beau monde (on en reparlera) et pour promouvoir cet album comme il se doit.

Aussi surprenant que ça puisse paraître, il s’agit du premier véritable album de la fille de Serge et Jane. On aurait pu la revoir en victime du goût morbide de son père pour les chanteuses au talent approximatif (Catherine Deneuve, Isabelle Adjani, Jane Birkin) culminant sur un Inceste de Citron de sinistre mémoire. Qu’on se rassure, Charlotte ne chante pas mal. Et sa voix colle bien avec les morceaux présentés ici. On pourra juste regretter un manque certain de personnalité, comme les anonymes vocalistes des albums electro lents. Si on pense à une sortie récente comme El Perro Del Mar ou autres Feist ou Kelly de Martino, ceci peut manquer de la plus élémentaire originalité. Son talent d’actrice permet cependant à un morceau comme Everything I Cannot see d’exister malgré tout.

Le statut de fille de a permis de ressembler une dream-team que la première actrice venue n’aurait pas pu obtenir sans doute. En prenant des textes de Jarvis Cocker (Pulp), en confiant les compositions à Air et la production au génial Nigel Goodrich (les derniers Radiohead, Air donc, Beck…), le risque d’un album vraiment raté était faible.

On reconnaît tout de suite la patte de Air. Mais comme il y a les compositions d’autres talents (Jarvis Cocker,...), ils s’occupent en priorité de l’habillage. Franchement, c’est leur meilleur rôle. Même si je ne suis pas un inconditionnel, il faut bien avouer qu’ils sont à la limite du sans-faute, ne tombant jamais en léthargie (et même donnant du rythme par la basse sur The Operation) et privilégiant les ambiances au joli. On pense aussi qu’inconsciemment ils ont pensé de temps en temps à Serge Gainsbourg (certaines sections rythmiques slow kitsch sur Everything I Cannot See) et à son arrangeur Pierre Vannier (l’intro du fort bon The Songs That We sing).

Cet album apparaît donc partiellement comme un album de Air. A ce titre, il est un de leurs meilleurs, juste après l’inusable BO de Virgin Suicides. Mais leur présence aux côtés d’une autre chanteuse élargit leur horizon. Si leur patte est reconnaissable, elle les amène vers des horizons plus fouillés. Dans certains moments, on pourrait appeler ça la version french bobo de Massive Attack (Jamais) ou encore de leur comparse Craig Armstrong (le piano de Everything I Cannot See). Le chant en français convient d’ailleurs moins à cet exercice, c’est pourquoi Tel Que Tu Es apparaît comme plus anodin. (M.)

Finalement, Charlotte Gainsbourg a sorti le bon album qu’on attendait d’elle et de ses collaborateurs : un ensemble de morceaux cotonneux, classieux, au charme certain mais manquant certainement de piquant. Si vous voulez un album pour prendre le thé dans un ennui poli et de bon aloi, ça devrait vous convenir. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Charlotte Gainsbourg : 5.55 12 septembre 2006 10:36, par Paulo

    Pourquoi premier véritable album ?
    En 1986, nous avons "Charlotte Forever" avec, si on n’aime pas inceste de citron, des titres comme "elastique" ou "charlotte forever, petit papa reveur..."

    Paulo

    Voir en ligne : http://www.gainsbourg.net/index.php...

    repondre message

    • Charlotte Gainsbourg : 5.55 12 septembre 2006 14:16, par Marc

      Aaah, "Elastique", madelaine de Prosut en Caoutchouc. On va dire que j’ai fait un blocage inconscient en niant me souvenir de ça. Mais faisons tous un effort et faisons semblant que personne n’a pensé à enregistrer ça. Tout ceci n’enlève rien à mon imprécision mais bon, Serge après "L’Homme A La Tête De Chou", hein, entre nous... Mais ceci est un autre débat

      repondre message

  • Charlotte Gainsbourg : 5.55 20 octobre 2006 16:33, par Mua

    « et à son arrangeur Pierre Vannier (l’intro du fort bon The Songs That We sing). »

    L’intro du (seul) fort bon...

    Ayant entendu cette chanson par hasard, je me suis précipité sur emu...chez Virgin :p pour écouter tout cela.
    Navrant.
    Je dirais meme plus : Ennuyeux.

    A force de vouloir faire de la "French Songs"...on fait rien d’autres :)

    Mais ca s’écoute autour d’une bonne tasse de thé, ca, c’est un fait.

    Grand-mère, grand-père, à votre portefeuille, le bridge avec Gainsbourg, c’est pour demain !

    repondre message

    • Charlotte Gainsbourg : 5.55 24 novembre 2006 09:46, par Paulo

      petit comment pour décrire l’expérience à moyen terme... d’autres morceaux se révèlent à force de répétition grâce à de petits détails tels que de discrètes mélodies de piano tout à fait charmantes, des ambiances psyché...

      Non non ca le fait bien ! Mais ca marche aussi avec du thé... ;o)

      repondre message

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)