Accueil > Concerts

Apparat + Judith Juillerat @ Beursshouwburg - 21/10/2006

samedi 21 octobre 2006, par Seb

Labelnight Shitkatapult


C’est une basse lourde et oppressante éclaircie par un bruit blanc (comme neige ?) qui entame le live de Judith Juillerat. Les cheveux lisses et le visage fermé, elle accompagne de sa voix douce et feutrée ses rythmiques down-tempo au goût tantôt organique tantôt industriel. Elle réussit à créer une ambiance intimiste un peu trop froide peut-être. Les instruments sont souvent des nappes continues qui vont et viennent au timbre tout droit sorti d’un hiver polaire. Malgré ces racines françaises, on se croirait plus dans les fiords de Scandinavie. Les sons s’éternisent et le public ne peut rester que statique. Un univers en soi mais trop fermé, trop lent, pas assez varié que pour être communiqué dans cette superbe salle dorée du Beurs. La sauce ne prend pas.

Arrive alors sous sa casquette militaire Sasha aka Apparat bien décidé a relevé la barre devant un public plutôt en demi teinte. Il ne faudra pas 30 secondes pour mettre tout le monde d’accord. L’intro impose d’emblée une richesse sonore qui lui est propre et les rythmes electronica vont ensuite se succéder. Le travail des sons est indéniable, sans tomber dans l’inaccessible, et la petite taille de la salle a de la peine à les contenir. La légendaire touche Berlinoise est au rendez-vous. Efficacité et rigueur, on va droit au but. Déchaîné derrière ces potards et son kaoss pad, Apparat aligne montée saturée à outrance mais maîtrisée avec quelques paliers plus calme, histoire de laisser souffler un public conquis.
On est toute fois loin d’un Vitalic (tant mieux car ce n’est pas ce qu’on attend de lui !). Les ambiances sont plus subtiles et l’ensemble s’apprécie sur la longueur.
J’ouvre d’ailleurs une parenthèse sur les opposants au ‘live-laptop’. Sasha nous prouve ici qu’il est possible de réaliser un live vivant et inoubliable en étant seul et sans video.
Le rythme est un peu breaké mais efficace et l’arrangement toujours varié. On aurait même droit à un petit clin d’œil à Ellen Alien. Tout en jouant dans la même cour que pour son Album ‘Orchestra of Bubbles’, il livre ici un travail plus dansant, plus chaleureux. Les effets sont saupoudrés quand il le faut sans jamais tomber dans l’excès et le plaisir qu’il prend sur scène est communicatif. C’est pendant près d’1h15 qu’il nous retiendra au bout des ses commandes, j’en redemande mais mes oreilles veulent une pause. Une petite bière s’impose.

Si vous avez l’occasion de croiser cet oiseau rare prochainement, n’hésitez pas car selon ses dires il changera complètement d’optique pour son prochain album. Il travaillera principalement avec des samples et non plus des synthétiseurs. Bref un tout autre univers en perspective. A suivre…

    Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)