Accueil > Critiques > 2006

Emily Haines & The Soft Skeleton - Knives Don’t Have Your Back

vendredi 3 novembre 2006, par Fred

Calme et émouvant


Emily Haines nous avait déjà fait entrevoir le potentiel de sa voix, son talent de songwriter et son inclinaison pour les chansons tristes par le passé.
Laissant tomber les batteries, les hit-hat et les boucles de basses de Metric pour le charme feutré et rassurant d’un piano, Emily nous livre son premier album solo, Knives Don’t Have Your Back, qu’elle aura pris 4 ans a finaliser.

Our Hell, le morceau d’ouverture est une belle réussite qui place directement les hameçons qui vous feront rester pour la suite. Docteur Blind moins enjoué, a un air de musique de film, probablement du à l’accompagnement aux cordes (somptueux d’ailleurs).
Les cordes font d’ailleurs quelques autres appartitions sur l’album pour soutenir les ambiances et les harmonies piano/voix.

Ces chansons élaborées, on l’imagine, en solo sur un piano familié, sont toutes des perles de la vie d’une trentenaire moyenne, parfois désorientée, triste ou mélancolique (Crowd Surf of a cliff, The Lottery).
Les accompagnement, limités pour les titres les plus intimiste au simple piano, incorporent également sur d’autres titres des cordes, une batterie, une basse ou même des cuivres.
La production est quant à elle à sa place pour une album intimiste de quasi luxueux : "Pas de coup d’éclat mais surtout aucune fausse note." est son leitmotiv.
(On aurait peut-être aimé qu’un côté barré, voir même un peu rude, soit peut-être plus exploité par la production, mais celà aurait changé le ton général de l’album qui ici est beaucoup plus axé vers les atmosphères calmes et les salons cosy.)

Comme une après-midi d’octobre étonnement chaude (vous voyez de quoi je veux parler je suppose), cet album se déguste d’un bout à l’autre. C’est parfois calme, parfois plus rythmé, parfois presque contemplatif, mais c’est le plus souvent fort réussi (à l’exception peut-être de Nothing & Nowhere).
Le tout garde de plus un côté un peu décalé, un peu menaçant, un petit brin d’étrange (Detective Daughter, Mostly Waving). Comme par exemple sur certaines compositions d’An Pierle. La voix d’Haynes elle même n’est pas étrangère à ce fait.

Un album à conseiller donc sans hésiter pour ceux qui veulent découvrir la voix et le talent d’Emily Haines ou qui aiment la musique de ces chanteuses amoureuses de leur piano.

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)