Accueil > Musique > 2006 > Pierre Lapointe : La Forêt Des Mal-Aimés

Pierre Lapointe : La Forêt Des Mal-Aimés

samedi 2 décembre 2006, par Marc

Le Canada excelle aussi en français


L’écriture de critiques implique souvent le désir de découvertes de territoires nouveaux. En effet, les quantités de musique auxquelles nous sommes exposés amène fatalement la recherche de ce qui se distingue, de se qui pourra nous sortir de notre torpeur. Et tant mieux si ça implique de remettre à jour certaines idées reçues. Depuis une paire d’années, le Canada nous envoie par camions des raisons de se ravir. Le point commun de cette longue liste de réussites était la pratique de l’anglais. Or ce grand pays parle aussi notre langue. On le sait à cause des Tsunamis vocaux qu’on reçoit aussi à intervalles réguliers. C’est donc avec un plaisir non feint mêlé de circonspection qu’on aborde Pierre Lapointe.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que je n’ai pas adhéré à la seconde à cette Forêt Des Mal-Aimés. Découvert comme tant d’autres grâce à une compilation des Inrockuptibles via la chanson Deux Par Deux Rassemblés (qui fait montre d’un bel abattage, même si le tempo enlevé n’est pas typique du reste), il m’a fallu plusieurs mois avant de me lancer dans une critique. Il faut en tous cas un peu laisser ses préjugés au clou avant de se lancer. Au cours de la première écoute, j’ai pensé plusieurs fois "Ouille" à l’écoute de morceaux comme Le Lion Imberbe ou De Glace. Le lyrisme est en effet parfois un rien déconcertant en cette époque ou le minimalisme est de mise (pensez par exemple aux sociétaires de Tôt Ou Tard) pour la chanson française de moindre diffusion. Je vais maintenant tenter d’expliquer pourquoi je n’ai pas refermé la porte au nez de Pierre Lapointe et pourquoi au final il s’impose comme une de mes révélations de l’année dans cette langue qui s’éloigne de plus en plus de celle de Voltaire.

Une première caractéristique de Pierre Lapointe est le manque total d’inhibitions musicales. C’est ce qui lui permet de placer dans cet album deux morceaux purement instrumentaux (25-1-14-14 et 25-1-14-14.16, qui ramène à Yann Tiersen pour le sens mélodique, en plus ampoulé). A tout moment, même un morceau qui me plaît moins, il y a un rattrapage musical juste derrière. Peut-être que sa nationalité y est pour quelque chose, mais on donne rarement du groove comme sur Qu’en Est-il De La Chance en français.

Les paroles sont parfois un rien absconses (L’Endomètre Rebelle) mais c’est le culot et l’ampleur du final qui emportent l’adhésion, même si on sait qu’on est à deux doigts de la boursouflure d’un ancien générique de Champs-Elysées. De plus, si c’est parfois un peu littéraire, c’est suffisamment respirable pour ne pas sentir la poésie. La musique qui fait oublier les paroles, c’est trop rare comme démarche en chanson française. Même si le mixage met la voix en avant. Les arrangements de corde sont en tous cas très ambitieux. Pour ma part, je regretterai juste le côté un peu trop lisse du son. C’est moins convaincant en ce domaine que son compatriote Owen Palett (Final Fantasy est essentiel, je ne le répéterai jamais assez).

Outre donc une approche bille en tête, la principale qualité de Lapointe est un sens de la mélodie assez soufflant. Même dans les moments les plus ampoulés, il reste un air facilement discernable. La volonté semble simplement de faire une belle chanson. Et il y arrive souvent. Citons par exemple la comptine Nous N’Irons Pas, Tous Les Visages ou Au 27-100 Rue Des Partances. Des chansons simples souvent et à l’air frais.

Vous l’aurez compris entre les lignes, Pierre Lapointe a un peu les défauts de ses qualités. Un peu comme Neil Hannon quand Divine Comedy était à son zénith. Donc le romantisme souvent retenu peut parfois comporter des excès. Mais ça part toujours de l’intention de faire une bonne chanson, quels qu’en soient les moyens. L’album étant assez fourni (16 titres) et il faut savoir skipper de temps en temps pour trouver une haute qualité constante. Je n’ai jamais pu écouter Moi Je T’Aimerai en entier par exemple.

Cet album de Pierre Lapointe ne conviendra peut-être pas à tout le monde. Il s’adresse à ceux qui veulent découvrir les infinies possibilités de la chanson française, à ceux qui veulent un peu de panache, aux gens curieux tout simplement. J’y ai eu en tous cas largement mon compte.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)