Accueil > Critiques > 2007

 !!! : Myth Takes

mardi 6 mars 2007, par marc

Le grand méchant groove


Au moment d’écrire une critique du premier album de !!! (Prononcez tchick tchick tchick, snobisme gratuit), je n’imaginais pas que j’aurais à refaire ça. En effet, en dépit de moments très réussis, il manquait de morceau complet marquant, défaut plutôt rédhibitoire pour un album orienté dancefloor. L’attitude m’avait d’ailleurs plus intrigué que les titres eux-mêmes. Pourquoi est-ce que je vous en parle dès lors ? Par sens du devoir ? Pour pouvoir me plaindre ? Non, rien de tout cela. Tout simplement parce que cet album est bien meilleur.

Il comporte notamment une triplette de morceaux, du second au quatrième, qui vaut vraiment le déplacement. All My Heroes Are Weirdos et Must Be The Moon ont une tension de sarabande irrésistible qui emporte tout sur leur passage. Pied au plancher, elles sont de la catégorie des grosses useuses de semelles.. C’est ce qui les caractérise est l’incorporation d’un feeling funk vintage dans un son typiquement actuel. Mélange réussi A New Name est un peu à la traîne dans l’ensemble, plus marqué par les sons du premier album (basse synthétique comme guitare) mais présente un authentique riff qu’appuie une montée pour le rendre vraiment irrésistible l’espace de quelques secondes. Le reste du morceau ne servant qu’à créer la tension.

Le reste des morceaux ne se hisse peut-être pas à ces standards par la faute de baisses de tension qui déforçaient déjà le premier album mais sont de bonne tenue et comportent tous des moments qui empêchent la banalité. Bend Over Beethoven, par exemple, souffre juste un peu de sa longueur mais est vraiment délectable. L’album en devient donc écoutable d’une traite. Ils essaient même de faire de vraies chansons qui résisteraient à un autre traitement comme Sweet Life. Mission accomplie si on veut mais ce n’est pas là-dedans qu’ils sont les meilleurs.

On en vient à songer qu’en plus de gimmicks reconnaissables (le son de guitare particulier, le double chant caractéristique), !!! a réussi à créer un style propre qui se révèle utile. En s’éloignant de LCD Sounsystem et de tous ses groupes satellites, ils créent peut-être sans le savoir, le genre de groove de ce début de XXIème siècle. En détachant l’étiquette commode d’electro-disco-punk, ils se créent un mélange nouveau. Honnêtement, je n’aurais pas parié là-dessus à l’époque de Louden-up Now.

Dans cette année qui entre tout doucement dans sa phase cruciale (Il y a des jours comme ça, où sortent simultanément Arcade Fire, !!! ou Amon Tobin), !!! s’impose comme une des machines à groove de référence. A danser ou à écouter, c’est vous qui choisissez

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)