Accueil > Musique > 2007 > Blackstrobe - Burn your own church

Blackstrobe - Burn your own church

jeudi 27 septembre 2007, par Fred

De l’electro-metal-indus taillé pour la scène.


Habitués des remixs et des DJ sets, les Black Strobe sortent ce premier album après près de 10 ans de bons et loyaux services sur les dance floors.
Le titre de l’album résume bien l’ambiance générale : Black strobe a brûlé , ses idôles, ses références. Il les a assimilées et nous livre un produit synthétique de celles-ci manipulant le beat, le potard et les filtres aussi bien que la guitare et la distortion.

On pourra donc être surpris si on attend un album purement electro.
Le permier morceau Brenn di Ega Kjerke avec sa montée en puissance continue sur près de 3 minutes, est là pour nous faire passer le cap en douceur avant de trouver Shining Bright Star, Girl Next door, morceaux plus lourds aux accents et à la construction plus rock.

Sur Blood shot eyes, on croirait presque entendre un groupe de metal qui aurait découvert les boutons d’effets de la table de mixage (oui, vous avez tous joué avec ces 4 boutons), mais c’est tellement puissant que ça marche.

Allant jusqu’au bout du crossover, I’m a man est un morceau de blues classique, roots, un peu comme ceux que Johny joue devant une foule de beaufs hurlants, au détail près, c’est que le son sur le "refrain" ici est grossi, sali, "industrialisé " suivant les canons de la production electro actuelle.
Et pourquoi pas si ça marche ? Et ça marche.

Du côté plus électro que rock de la barrière, on mettra tout de même last club on earth, le planant Lady 13 ainsi que l’electroide buzz buzz.

Intermède plus calme mais encore plus paisant, Crave for speed nous ramène vers des références de slow indus joués au piano, par exemple par NIN.

On se trouve en résumé devant un hybride, fils de Ramstein et de Daft Punk, cousin de Vitalic, parent par sa mère de Nine inch nails.

Tout celà sur album peut parraître déroutant.

Cependant ça prend tout son sens en concert.
Après les avoir vu deux fois, je ne peux que m’avouer convaincu.
Ces morceaux semblent en fait être taillés pour la scène.
Défendus à la sueur du front par un grand barbu, à la dégaine plus proche de celle de Lemmy de Motorhead que de celle Vitalic et ayant la presence scénique d’un Till Lindemann, ces défouloirs soniques retournent sa prévenir la foule et la font bouger et chanter comme peu de performances electro live qu’il m’ait été donné de voir.

Un groupe dont je vous je vous recommande donc l’album, mais dont je vous recommende encore plus de voir en concert.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)