Accueil > Critiques > 2007

Liars - Liars

mercredi 7 novembre 2007, par Fred

Plus abordable que le précédent, mais toujours loin de l’easy listening...


Amusant. J’ai beau chercher, je ne retrouve pas d’article sur le précédent Liars.... j’aurais donc omis de vous en parler.
Bon, je commencerai alors par le début.
Liars est un groupe New-Yorkais. Tout d’abord faisant partie de la scène punk, Iis ont rapidement su développer et renouveller leur son, pour livrer des opus conceptuels où la rythmique, la texture des sons et les formes de vocalise brutes forment le centre de la démarche.

Ainsi tout en poursuivant dans la voie de initiée sur Drum’s not Dead, ce Liars offre pourtant une expérience plus abordable pour tout fan de rock bien senti. Plaster cast of everything offre pour ceux-ci une introduction en douceur, alliant les bases rock aux vocalises d’un Angus Andrew en transe. Sailing to Byzantium qui suit pourrait tenter, du moins quelques temps, de se faire passer pour un morceau écrit par Archive ou Portishead.

Mais il est temps de passer au choses sérieuse car l’album n’en reste pas là : il réalise par la suite quelques détours vers les limites de la dissonance (Leather Prowler, What would they know), les dépassant d’ailleurs par moment (vos oreilles seront les seules limites à vos découvertes !

Etrange mélange de Stooges, de rythmes tribaux et de pop-folk "à la Beck" (par exemple sur le radiocompatible Houseclouds), la palette de sonorités proposée par cet album est on ne peut plus large.

Certaines plages assez ardues de ce disque prennent par contre une tout autre ampleur en concert, comme c’est souvent le cas pour de la musique d’atmosphère.

Captivant, étonnant, envoutant, irritant, les émotions se succèdent à l’écoute de cet album, réservé, certes, à un public averti (vous l’êtes désormais), prêt à une expérience intense dont toutes les étapes ne lui plairont pas forcément, mais qui vaudra largement la peine.

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)

  • Sigur Rós - Átta

    Avis important pour les artistes : si vous comptez entamer un hiatus, arrangez-vous pour le faire après un bon album. C’est la bonne idée de la formation islandaise qui nous avait laissés en 2013 sur l’excellent Kveikur. Depuis, on savait le projet un cocon, notamment avec le départ de certains membres. Evidemment, on avait suivi les aventures solo du chanteur Jónsi Birgisson mais rien n’indiquait (...)

  • Bravery In Battles - The House We Live In

    Même si c’est contre-intuitif parce que le post-rock est essentiellement instrumental, le style a souvent été engagé. Entre les revendications de Godpeed You ! Black Emperor et la protection de la Grande Barrière de Corail de Selfless Orchestra, les exemples abondent. Le collectif parisien Bravery in Battles est présent sur le combat environnemental comme en témoigne la copieuse musique du film The (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)