Accueil > Critiques > 2003

M : Qui De Nous Deux ?

mardi 8 août 2006, par marc


Encore un qu’on attendait, qu’on guettait, tant on avait usé nos platines de son impeccable live. On avait aimé le feu, les guitares, le funk irrésistible, l’humour, les reprises improbables (Jacques Brel). Alors, vous pensez, un nouvel album... Oh, bien sûr, on avait eu des amuse-gueule (Labo M, Les triplettes de Belleville) mais bon, l’album, le voilà. Tout d’abord, n’espérez pas faire le tour de celui-ci en une seule écoute. Rien ne dit qu’il ne recommencera pas de compositions fiévreuses, le contraire m’étonnerait assez d’ailleurs, mais l’essentiel du propos n’est pas là. Il reste comme points de repère le single Qui de nous deux et Je me démasque mais c’est l’intimité qui prime. Et révèle un excellent auteur-compositeur qu’on n’attendait pas sur ce terrain.

Etre schizophrène au point de s’inventer un personnage de scène (M, donc...), il profite de cette possibilité de distanciation pour nous asséner des douceurs qu’on savoure. Le radeau, Ton echo et La bonne étoile sont tout simplement irrésistibles. La récréation est encore présente sur des Psycho-bug et Gimmick, c’est un rien moins convaincant mais rassurant sur la variété de M qui s’est laissé des respirations pour ne pas avoir l’air de forcer le ton, de ramer à contre-courant.

Si cet album comporte des longueurs (oh, rares), la chaleur dégagée et l’inventivité jamais démentie (Peau de fleur, mais pas que le titre) le rendent plus qu’attachant. Il est trop tôt pour penser à la suite, mais il semble ici que M ajoute tout simplement une corde (sensible) à son arc. Il peut donc affronter sans complexe (du corn flakes) la suite de sa passionnante carrière. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)