Accueil > Musique > 2008 > Eddie Vedder - Into the Wild B.O.

Eddie Vedder - Into the Wild B.O.

dimanche 6 avril 2008, par Fred

Le son des grands espaces amériquains


Ca fait plus de 10 ans que la voix de ce gars me scotche. Pour moi, la vague grunge aura au moins eu celà de bon, mettre au jour deux voix, celle de Cornell et celle de Vedder.
L’un a suivi un trajet mouvementé depuis Soundgarden, avec des hauts et des bas, et pour le moment on le situerait plutôt dans une creux.

Le second, quant à lui, a poursuivi dans la discrètion, Peal Jam traçant son chemin hors des sentiers battus par les majors : sortant régulièrement des albums encensés par les fans et la critique, comblant son public de live téléchargeable sur le web et collaborant avec des icones du rock americain comme Neil Young.

On est dès lors pas plus étonné que cela d’apprendre que Sean Penn lui ait demandé d’écrire et d’interpréter la B.O. de son dernier film :
Une fois le disque sur la platine, on se dit que Sean a une une bonne idée !

Musicalement, cette B.O. comporte des influences rock, folk et country, un bon mélange de ce qui fait le coeur de la musique des régions centrales des USA.
Setting Forth, l’ouverture de cet album, nous fait franchir les portes au son d’un rock électrique à la Peal Jam.
Un peu plus loin Far Behind lui répond avec la même voix électrifiée avec juste assez d’énergie pour secouer un peu cette galette.

No ceiling et Rise, dans un veine plus country, sont quant à elle soutenue par un banjo qui se révèle dans ces pièces un instrument harmonieux, ce qui ne me paraissait pas si évident il y a de cela encore quelque temps.

Le single Hard Sun est un chanson folk, superbement produite, interprétée avec brio et bon goût et dont le thème, la musique et l’élan collent parfaitement au film de Penn, à ce road movie, ce voyage initiatique au travers des Etats-Unis.

Les pièces introspectives sont nombreuses sur cet album, le chant et la musique se chargeant alors de sentiments (Long Nights, Society, Guaranteed). Ce sont ces morceaux qui font le coeur de cet album et lui donne ces lettres de noblesse.

Les thèmes des chansons quant à eux collent parfaitement un film, parlant de liberté, de la nature de notre manière de vivre,...

Comme vous l’aurez compris cet album vaut au moins une écoute de votre part. Bien entendu, j’ai passé sous silence jusque maintenant les quelques remplissages ou musiques de fond pour film qui trainent ça et là.
Mais 3 titres à jeter sur 11, veuillez croire que c’est une statistique rarement atteinte dans ces colonnes !

Article Ecrit par Fred

P.-S.

Au delà de la musique, je vous livre également en deux mots mon avis sur le film Into the Wild.
Le film est en tous points superbe, que ce soit au niveau de réalisation, du jeu d’acteur ou comme vous le savez déjà de la musique. Ma seule grosse réserve se situe sur l’histoire vraie sur laquelle se base se film. _ Le dénouement déforce le film.
M’étant documenté par la suite sur la vie de McCandless et ayant lu, entre autres, le point de vue des gardes forestiers de ce parc en Alaska, tout me laisse à penser que cette histoire n’aurait pas du faire l’objet d’un film : Fallait-il vraiment faire un film sur un idiot qui part en Alaska sans s’être suffisamment préparer ?

Répondre à cet article

8 Messages

  • Eddie Vedder - Into the Wild B.O. 6 avril 2008 22:56, par Tibo

    "Fallait-il vraiment faire un film sur un idiot qui part en Alaska sans s’être suffisamment préparer ?"

    C’est pour le moins réducteur ça, non ? De plus, comment peut-on affirmer que le film est "en tous points superbe" sur base d’un tel postulat ?!? Avez-vous lu le livre de Krakauer afin de vous faire une opinion un peu plus nuancée ?

    repondre message

    • Eddie Vedder - Into the Wild B.O. 7 avril 2008 13:50, par Fred

      Salut Tibo,

      Merci pour la remarque, j’ai corrigé la coquille.

      Pour ce qui est du film, je suis d’accord avec toi, j’ai fait très réducteur, le but ici étant moins de parler du film que de la musique.
      Mais je dois quand même dire que j’ai des sentiments forts partagés sur ce film.
      Dingue de se dire qu’on peut mourir de faim à moins de 30 bornes d’un refuge contenant des vivres et rester bloquer par un torrent alors qu’un bac se trouve un peu plus haut sur la rivière !
      Je ne suis pas certain que Krakauer signale ces faits dans sa bio romancée.

      repondre message

    • Eddie Vedder - Into the Wild B.O. 2 décembre 2009 17:59

      C’est toi l’imbécile ! Juger ne te rend pas supérieur...

      repondre message

  • Eddie Vedder - Into the Wild B.O. 14 avril 2008 08:54, par sebduj

    "..un idiot qui part en Alaska..." Je dois moi même en être un sacré pour ne pas m’être rendu compte que c’était un idiot...

    Ce film m’a subjugué.

    Si tu trouves le film bon en tout point, je ne vois pas pourquoi l’histoire ne mérite pas d’être racontée. Se contre-dire à ce point sur 3 lignes est impressionant. Pour moi, la seule déception du film est la B.O. qui n’arrive jamais à magnifier les images. Je suis fan de Vedder et j’aime beaucoup cet album mais il ne collait pas assez au film à mon gout.

    Rappel moi de ne pas tenir compte de tes critiques cinématographiques, je risque de rater des chefs d’oeuvre ;-)

    repondre message

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au profit d’un rock alternatif ’canal historique’, tortueux juste ce qu’il faut pour ne pas être plat. Le noise (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et pas seulement auprès des fans, mais également dans la profession, ce qui lui permet entre autre (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins bon que ce qu’on connaissait d’eux. Pour ma part, ce sont surtout les deux dernières productions que je (...)

  • Séance de rattrapage n°1 - Rock

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Pour inaugurer cette séquence à suivre, une première salve de 10 albums rock avec ou sans supplément d’âme : à boire et à manger pour petits et grands, de 7 à 77 ans.
    Bell X1 – Bloodless Coup
    Déjà cinq albums au compteur pour les Irlandais ? (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)