Accueil > Critiques > 2008

Ra Ra Riot - The Rhumb Line

mercredi 20 août 2008, par marc

Mourir c’est pas cool


Le comportement consistant à dire dès le premier album que c’était mieux avant m’a toujours laissé perplexe. Certes, c’est souvent sur la foi d’EP’s prometteurs que de jeunes groupes suscitent des espoirs mais déjà s’en lasser quand la majorité découvre un groupe, j’ai toujours trouvé ça une attitude snob. Le cas qui nous occupe ne va pourtant pas me faire tomber de l’autre côté de la barrière. Mais il faut se rendre à l’évidence, le morceau qui m’avait fait découvrir le groupe reste le meilleur de l’album. Il faut quand même préciser que la gestation de cet album n’est pas banale. Car si ce groupe est précédé d’une réputation flatteuse, c’est sur foi de ses prestations live plus que du seul EP qu’il a sorti. Il faut dire aussi que le sort s’est acharné sur eux puisqu’un de leurs membres John Ryan Pike a été retrouvé mort en juin 2007. On retrouve un peu de cette trace douloureuse ici, même si jamais l’ambiance n’en sort plombée.

La musique électronique n’est jamais plus à son avantage que sur le format EP. Il en va sans doute de même pour la pop, même savamment orchestrée comme ici. En effet, combien de groupes faisant dans une certaine légèreté arrivent à enflammer quelques titres sans pouvoir tenir toute un Lp durant ? Les exceptions comme Vampire Weekend sont fort rares. C’est à méditer à l’heure où trop d’albums encombrent nos oreilles et où les nouveaux modes de diffusion et d’écoute, de myspace à l’ipod imposent une culture du zapping. Ceci dit, on ne trouve pas le temps long à l’écoute de ce The Rhumb Line qui possède une vraie unité, une vraie personnalité.

Dying is Fine
reste donc le produit d’appel de ce Rhumb Line. Et c’est mérité. C’est qu’il comporte des variations, montées, descentes, passages instrumentaux qui le rendent vraiment irrésistibles. C’est pourtant la plus compacte des versions disponibles (EP, session Daytrotter par exemple) et elle va à l’essentiel. Il faut maintenant le dire, peu de titres se hissent à sa hauteur (hors de portée ?). Le premier morceau est quand même très engageant (Ghost Under Rocks), avec une ampleur qu’on espérait, un refrain solidement souligné. Jolie, la musique de Ra Ra Riot se montre trop proche de groupes qui nous ont enthousiasmé (My Latest Novel, une poignée Canadiens tels que The Rural Alberta Advantage ou New Pornographers) pour que leur légèreté et surtout leur linéarité ne soit pas un handicap. Les violons accompagnent plus qu’ils ne mènent. Au détriment d’une certaine limpidité.

Mignonne tout plein mais sans doute servie à trop autre dose, la musique de Ra Ra Riot satisfera ceux qui ont succombé au toujours formidable Dying is Fine mais ne se hisse que trop rarement à ce niveau d’excellence même si une écoute parcimonieuse diminue le phénomène. Complètement dénuée de faute de goût, elle reste trop uniforme dans ses tournures pour prétendre au sans faute.

Et pour vous féliciter d’être arrivés, jusqu’ici, un mp3 de Dying is Fine est disponible sur le site de leur maison de disque Barsuk Records

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)