Accueil > Critiques > 2003

Placebo : Sleeping With Ghosts

mardi 8 août 2006, par marc


Voilà un groupe qu’on suit depuis le début, un groupe-jalon dans son époque, avec, pour ne reprendre que les progressistes du rock, Muse et Radiohead. Leur quatrième album était attendu, pensez-vous. On l’aborde avec méfiance, car après deux albums qui firent mouche (spécialement le second qui reste ainsi leur meilleur), la métamorphose tarde à se concrétiser. C’est l’image la plus correcte que je puisse trouver : celle d’un album-chrysalide. Il nous tarde seulement de pouvoir en apprécier le papillon qui va en sortir.

Le premier morceau nous rappelle ce qui a fait Placebo : un son reconnaissable entre tous, incisif et ciselé. Un instrumental d’ouverture s’imposait donc pour rappeler ce postulat. A part deux simples de très bon goût (The bitter end et le très prenant This picture), que trouve-t-on ? Des pistes pour la suite, c’est comme ça que je préfère le voir. Si on se réfère systématiquement au passé, on va pouvoir trouver des ressemblances qui pâtiront de la comparaison, et on enterre à peu de frais un groupe adulé sans tenir compte d’une nécessaire évolution.

La suite ressemblera peut-être au touffu English summer rain ou au dépouillé Protect me from what I want. Il me semble que Placebo s’embarque bien plus lentement qu’un Radiohead hors de sentiers balisés du rock. Tout l’album est bâti sur cette faille, sur cette indécision, c’est ce qui le rend après quelques écoutes si attachant. Un grand groupe en proie au doute. La présence d’un second cd de reprises (souvent décalées et jubilatoires, même si on a peur qu’ils se bornent à ne faire que du Placebo dans le futur) en renfort confirme cette impression. Mais ils nous ont tant donné et témoignent encore d’une telle personnalité qu’on attend la suie avec impatience, ce qui paraît sans doute injustifié pour qui ne connaîtrait de ce groupe que les titres passant à la radio. Mais voilà, la patience est aussi une vertu et cet album a suffisamment d’atouts dans on jeu pour séduire tout qui n’attendra pas ici le meilleur de ce groupe. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)

  • The Veils – ...And Out of the Void Came Love

    The Veils est ancré à l’histoire de ce site puisqu’à peu de choses près ils avaient constitué un de nos premiers coups de cœur, en 2004. On avait évidemment suivi toute leur discographie, noté qu’ils étaient absents depuis un petit temps mais il faut être honnête, on avait un peu oublié l’album solo de Finn Andrews. En une heure et quinze morceaux, un des albums de l’année fait le tour du propriétaire et des (...)