Accueil > Critiques > 2003

The White Stripes : Elephant

mardi 8 août 2006, par marc


Un riff peut-il marquer l’histoire de la musique ? Peut-être pas, mais il faut dire que cette année 2003 restera pour cette ligne de basse entêtante (celle, bien sûr de Seven nation army). Oui, mais un riff peut-il porter un album ? Oui, ça il peut, et tirer vers le haut le reste des morceaux qui en sortent ragaillardis. La simplicité des moyens et leur efficacité nous ramène au punk. Celui de 1976, voire d’avant (on songe immédiatement au Stooges et MC5). Celui de l’urgence, de la rage, celui de la revendication. Celui d’avant le dévoiement de la pédolâtrie ambiante. Le temps de quelques titres bien sentis (Black math, Ball and biscuit) Les couleurs simples (du rouge, du noir, du blanc et c’est tout, c’est à dire de l’essentiel et de la violence) de ce duo jettent les bases d’un album-clé de cette décidément bizarre année (de revivals en confirmations).

La voix du chanteur laisse parfois la place à celle de la chanteuse. On découvre alors un timbre et des intonations datant de Nico. Apaisement. Pas ballade, pas slow crapuleux, juste respiration haletante avant de repartir bille en tête.

Il est impossible d’appréhender ce qui passe ici sans référence au passé mais il ne faudrait pas que ça cache l’essentiel : un album brut, mais comprenant des pauses de bon goût, comme pour confirmer que tous les états d’esprit nous habitent et que la musique peut être le reflet de chacun d’eux, le tout par des artistes aux talents variés mais à la personnalité bien établie. Il se peut aussi que ce soit juste un état de grâce, un instantané exprimant la diversité de ce qui se passe, mais alors, cela ne rendrait-il pas cet album plus indispensable encore ? (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • They Call Me Rico - Wheel of Love

    Le substrat musical sur lequel a poussé ce cinquième album de They Call Me Rico, projet de Frédéric Pellerin du groupe Madcaps, c’est l’americana et le blues. Et on le sent, souvent. Certains morceaux en sont encore baignés (This Old Dog, Don’t Let You Go Down). Wheel of Love est plus proche de ce canon rock et dans l’ensemble, c’est un fort plaisant rappel de la base de tout ceci.
    Mais si on a retenu (...)

  • Iggy Pop – Every Loser

    Le fun perçu est une des mesures les plus pertinentes pur évaluer un album d’Iggy Pop. Si on l’a croisé récemment aux côtés de Catherine Graindorge, il revient avec un Every Loser qui convoque logiquement une belle pelletée de connaissances du rock ‘n roll (Duff McKagan de Guns ‘n Roses, Stone Gossard de Pearl Jam, Dave Navaro et Eric Avery de Jane’s Addiction’s, Chad Smith des Red Hot Chili Peppers et (...)

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et (...)