Accueil > Musique > 2009 > Swan Lake - Enemy Mine

Swan Lake - Enemy Mine

samedi 4 avril 2009, par Marc

La guerre des trois n’aura pas lieu


Quand on parle d’un groupe comme Swan Lake, on commence invariablement par le casting. Car, avant même de parler du résultat, il est indispensable de jauger les forces en présence. On commence par Spencer Krug, qui met son grain de folie et d’intensité aussi bien chez les indispensables Wolf Parade que dans les plus délirants Sunset Rubdown. Frog Eyes aussi mais je connais moins. Carey Mercer est d’ailleurs aussi membre de Frog Eyes. Et Dan Bejar est non seulement Destroyer à lui tout seul mais est également au casting des New Pronographers.

En un mot comme en cent et pour reprendre une expression économique, Swan Lake est un peu dans le core business de ce site au vu des formations évoquées. Donc, le style est ce si particulier, attachant et occasionnellement génial pan de l’indie canadien que j’affectionne tant. Si vous ne vous sentez pas perdus après ce name-dropping indispensable (pour une fois), vous êtes prêts pour ce groupe. Si ce n’est fait puisque Beast Moans avait précédé l’album qui fait l’objet de l’article du jour.

Il y a quinze ans, l’effet dEUS s’est manifesté non seulement dans quelques albums devenus classiques indémodables (les trois premiers peuvent revendiquer ce titre) mais aussi à cause de tous ses membres partis butiner à gauche et à droite dans des formations diverses et variées qui ont constitué une scène et laissé à la postérité de bien bonnes choses et dont certains égaient encore notre quotidien (Zita Swoon, Vive La Fête…). La situation canadienne est certes un peu différente ici mais on se perd aussi un peu dans les méandres des collaborations croisées des ressortissants du pays à l’érable.

Pour revenir au sujet, nous avons trois interprètes tellement particuliers que leur écriture est grandement modifiée, s’adaptant à leur diction et inflexions tellement uniques. On distingue donc facilement qui se cache derrière chacun des neuf morceaux de cette musique fatalement un peu lâche aux entournures d’aspect. C’est qu’on est dans un side-project de gens déjà très occupés. L’écriture et l’interprétation n’en sont pas pour autant négligées. Pas plus que l’intensité qui frappe d’entrée. Mais c’est dans l’absolu indispensable que leurs groupes d’origine. Sans doute manque-t-il de la tuerie ultime qui surgit souvent au détour des albums de Destroyer, Wolf Parade ou Sunset Rubdown (qui par parenthèse nous revient en juin).

Les surgissements de Dan Bejar par exemple sont un peu moins brillants que les hauts faits de Destroyer mais dans l’absolu méritent le détour (Spider) et il reste un des maîtres ce ces slows tordus dont il a le secret (Heartswarm). Spencer Krug quant à lui se lance dans un exercice de songwriting plus classique et le réussit (Paper Lace). La voix de Carey Mercer ressemble parfois à une impro très libre de Bowie ayant succombé aux charmes de la Westmalle triple (surtout sur Warlock Psychologist). Dit comme ça, je me rends compte que ça s’appliquerait aussi à Peter Murphy de Bauhaus. Personnellement, je trouve que c’est un peu éreintant sur la longueur.

Etrangement, même si elle reste assez identifiable géographiquement, la musique de Swan Lake a une cohérence que la disparité des talents en présence ne permettait pas nécessairement de soupçonner. Si les collaborations ne font pas autant d’étincelles, que, disons, la conjonction Krug/Boeckner dans Wolf Parade, ceux qui aiment les groupes cités se doivent de se frotter à cette formation.

http://www.jagjaguwar.com/artist.php?name=swanlake
http://www.myspace.com/swanlaketheband

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)