Accueil > Critiques > 2009

Naive New Beaters - Wallace

jeudi 13 août 2009, par Fred, marc

Just Try to stay positive


On a beau être de bonne composition, on est par habitude assez méfiants vis-à-vis des albums trop buzzés. Un raffut du NME, une origine française finalement exotique, un style frais mais à la lisière de la grosse déconne, voilà ce qui nous retenait un peu. Pourtant, Listen2fight nous avait déjà encouragés à y jeter une oreille.

Pour ce qui est de leur origine, elle est finalement étonnante mais complètement anecdotique tant ils évoluent loin des autres productions d’Outre-quiévrain. En effet, ils n’hésitent pas à faire appel à une bonne vieille guitare pour rehausser leurs effets (Get Love, Wow Now) et ainsi évoquer le Bloodhound Gang. Et c’est souvent sur un phrasé typé hip-hop que les morceaux reposent.

Ce surcroit de rythmique au niveau de la voix amène de belles surprises mais quand il se voit trop poussé, l’effet général est gâché et on se retrouve avec un morceau certes énergétique mais un peu sommaire (Boring David, Wow Now). Mais un Can’t Choose est aidé par une section rythmique d’une simplicité déconcertante qui révèle en fait l’efficacité de la composition. On a même droit à un groove réminiscent des compos de Calvin Harris (Janeiro), mais servi pour un vrai guitariste, ce qui ne gâche rien, loin de là.

Ils ont aussi le bon goût de ne pas transformer ce phrasé hip-hop en gimmick, alternant avec des morceaux chantés. La qualité du songwriting peut se vérifier quand on n’a plus l’excuse de faire bouger les gens. Un Dual Income No Kids s’avère donc une bonne surprise. Pas bouleversante en soi mais qui montre un potentiel pour sortir de la bourrinade proto-électro. Et dans le style des morceaux qui font penser aux vacances, Just another Day se conçoit un verre de punch à la main, dans un transat. C’est frais, positif et léger. Et l’ambiance de coolitude générale qui se dégage de l’album peut renvoyer aux belles heures de Cake.

Il faut parfois insérer un morceau "over the top", un interlude déjanté, comme le Koolaid de Just Jack. Ici ce sera LA Trumpets, juste ce qu’il faut pour vous réveiller. Un synthé gonflé à la disto, une basse, un gros beat, des fills de guitare agressifs, il n’en faut pas plus pour nous amuser 105 secondes. On se croirait revenu au temps du premier Infadels.

Ce n’est pas du pessimisme foncier mais il faut sans doute profiter de cet album et ne pas espérer de jours meilleurs. Dans cette zone grise entre le rock et l’electro à visées dansantes, les premiers albums enthousiasmants entrainent un inévitable questionnement souvent résolu de façon décevante (The Rapture, Infadels, Bloc Party). On ne voudrait pas être à la place des excellents Foals. Mais bon, on va laisser le temps faire son œuvre et prendre cet album pour ce qu’il est, c’est-à-dire une bonne lampée de morceaux remuants sans prise de tête ni lobotomie. L’énergie positive est bien au rendez-vous en tous cas.


Répondre à cet article

1 Message

  • Naive New Beaters - Wallace 14 août 2009 09:31, par Yann Lebout

    Et pour ajouter à cela, je dirais que j’ai passé un excellent moment à leur live au Dour Festival, léger, mais sympathique !

    repondre message

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)