Accueil > Critiques > 2006

Stuart A. Staples : Leaving Songs

mercredi 7 juin 2006, par marc

Confirmation pour le chanteur des Tindersticks


Classe est le mot qui s’applique le mieux à Stuart A. Staples. Non content d’avoir mené un des groupes les plus indispensables de la décennie passée, les Tindersticks, le voilà qui prolonge sa carrière solo entammée l’an passé par un très dépouillé Lucky Dog Recordings d’un plus fouillé Leaving Songs.

Classe aussi par l’incroyable charisme qu’il dégage sur scène. L’assistance de la Nuit Fnac des Nuits Botanique n’en disconviendra pas. Bien évidemment, la voix profonde dont la nature l’a doté y est pour une part non négligeable, mais même avec les intonations de Nicolas Sirkis il serait encore présentable. Encore que j’en doute, mon pouvoir d’imagination m’empêchant de visualiser ce genre de clash.

Toujours est-il que l’ami Stuart a encore fait des pas de plus vers les premiers albums de son groupe précédent. Les plages plus étoffées comme Which Way The Wind ou Leaving Feeling ramènent immanquablement aux Tindersticks. Mais l’orchestration est moins souvent un rien ample, plus directe aussi. Très minimaliste même pour un Dance With The Old Man qui est à deux doigts du A Capella. Il y a aussi un tel désir de ne pas impressionner que certains titres touchent par leur fausse modestie tel Already Gone qui comporte quand même du violon, de l’orgue et des cuivres. Mais au lieu de les imposer, ils servent juste de support efficace à la voix.

L’accord avec la voix féminine qui intervient sur plusieurs morceaux est fort bon, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il est dispensable.
Les Tindersticks vous manquent ? A moi aussi. Mais ce que fait Stuart A. Staples nous facilite quand même beaucoup la tâche. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)