Accueil > Critiques > 2004

Divine Comedy : Absent Friends

jeudi 10 août 2006, par marc


L’Angleterre essaie parfois de nous convaincre que nous sommes dans un monde qui n’a pas changé : L’Europe n’existe pas et les arrangements surannés font la loi. On n’en tiendra pour une fois pas trop rigueur aux sujets de sa gracieuse majesté si les références au passé sont celles de Divine Comedy.

Revenu au premier plan après des albums plus ’ambiance d’ascenseur’ (A short album about love et Casanova), le souffle entrevu sur Promenade semble être revenu à Neil Hannon, comme le confirmait par exemple sa convaincante prestation auprès de Yann Tiersen.

Sur les trois premiers titres, essaie d’être Phil Spector à la place de Phil Spector. Puis les déboires du voyageur d’affaires Billy Budd (notamment aux prises avec on ne sait quel jeu à boire belge) emportent notre adhésion. Sans être à la hauteur de Promenade, qui par sa toute relative sobriété plane au-dessus de la discographie de Divine Comedy, on retrouve les arrangements fouillés qui inspirent tant de monde (Vincent Delerm en tête), cette ambiance baroque et la voix inimitable de Neil Hannon..

Entre deux lampées de The Streets, il reste un petit dessert un peu lourd mais délectable. Divine comedy revient à l’avant-plan et ne comptez pas sur nous pour s’en plaindre. Même si la sauce ne prend finalement parfaitement que sur un très enlevé Our mutual friend. Welcome home Billy Budd ! (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Kate Nash – 9 Sad Symphonies

    Nous sommes en 2013. Après un premier album acclamé emmené par le tube Foundations, la star de Myspace a confirmé avec My Best Friend Is You la plupart des espoirs placés en elle et la voici en position de définitivement asseoir son statut avec un troisième album traditionnellement piégeux. Mais elle va relever le défi.
    Sauf que vous savez que ça ne ça ne s’est pas passé comme ça. Larguée par son (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)