Accueil > Critiques > 2010

Clogs - The Creatures in the Garden of Lady Walton

jeudi 11 mars 2010, par marc

Escapades


Donner le contexte, situer un groupe, ou alors trouver une accroche digne, voilà ce qu’il faut à un premier paragraphe. Faute de phrase-choc liminaire, vous aurez droit à du descriptif. Clogs est à la base un duo formé de Bryce Dessner et Padma Newsome, deux musiciens surtout connus pour faire partie deThe National. Pour ceux qui aiment les analogies faciles, disons que Clogs est à ce groupe ce que Bell Orchestre est à Arcade Fire. Ceci est leur cinquième album, et le premier à ne pas être instrumental. Ils se sont logiquement entourés et on remarque au casting un certain Sufjan Stevens, ainsi que d’autres qu’on mentionnera en temps utile.

En pôle position, Cocodrillo me rappelle le pourtant fort irritant album de Fredo Viola. En plus réussi, certes, mais l’entrée en matière n’est pas optimale, surtout que le reste est bien plus réussi.

La plus fréquente vocaliste sur cet album est celle de Shara Worden (My Brightest Diamond). On serait bien ingrats de se plaindre de ce timbre proche du chant lyrique car après quelques écoutes, On The Edge (déjà présent sur l’EP Veil Waltz) est touchant et captivant. On la retrouve également sur l’également réussi Owl Of Love, dont la jolie mélodie fait un peu années ’50 (1750 je veux dire) et sur le bien plus âpre et moins accessible Adages Of Cleansing. Le choix de cette voix les rend un peu austères mais une fois qu’on a admis cette ambiance intemporelle (voir du côté de Joanna Newsom), il s’en dégage une classe certaine.

Ce type de musique court toujours le risque de sonner comme de la musique de film dépourvue de son support visuel pour les morceaux instrumentaux du milieu de l’album. C’est pour moi le seul moment de relâche entre des choses meilleures. Et les choses meilleures incorporent du rythme, comme dans les bons moments de Bell Orchestre, et I Used To Do profite d’une conjonction d’une guitare et de violons qui l’appuient. C’est puissant et fort comme dans les bons Canadiens du label Constellation. Dans le rayon canadien, cette musique plaira aussi à ceux qui se sont frottés avec succès à Owen Pallett.

Sur Red Seas, c’est Padma Newsome qui chante mais c’est surtout la seconde partie instrumentale du morceau, forte et subtile à la fois, qui séduit. Il est toujours aussi difficile de décrire une réussite musicale. On va se contenter de la conseiller.

On reconnaît fort facilement la voix de Matt Berninger sur Last Song. Et c’est peu dire que cet arpège entêtant complète bien son timbre. Le morceau est donc logiquement magnifique, comme le sont les morceaux lents de The National (Daughters Of The Soho Riots, ce type de réussite) mais avec un accompagnement plus organique, The National est un groupe de rock après tout, ce qui est spécialement palpable en concert. Autre réussite (elles ne sont pas rares, vous l’avez constaté), le final We Were Here (avec notamment Sufjan Stevens) est le genre de berceuse collective rêvée qui conclut fort joliment l’album.

Souvent accessible, parfois exigeant, occasionnellement enchanteur, cet album de Clogs séduit par sa beauté austère et son humanité sous-jacente. Les projets de gens talentueux bien entourés peuvent avoir ce résultat enthousiasmant. Si à ce stade de la lecture les noms mentionnés ne vous ont pas repoussé, vous savez que l’écoute est à prévoir (si ce n’est fait).

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

9 Messages

  • Clogs - The Creatures in the Garden of Lady Walton 11 mars 2010 14:56, par mmarsupilami

    Cet album et le EP Veil Waltz sont depuis quelques jours sur la pile "faudrait que tu chroniques"...

    Mais il y restait avec la question pendante du "qu’est-ce que tu veux en dire, sinon que c’est vraiment très chouette ?".

    Voilà, il me reste à traiter ça en "expresso" et à renvoyer ici pour ceux qui veulent du texte ! :-)

    repondre message

  • Clogs - The Creatures in the Garden of Lady Walton 12 mars 2010 13:44, par Benjamin F

    Bon il faut que je ressaye, je me suis surement un peu trop focalisé sur les passages de type cinématographiques :)

    repondre message

    • Clogs - The Creatures in the Garden of Lady Walton 18 mars 2010 12:32, par Mathusalem

      Très joli en effet...
      On serait tenté d’essayer de ranger cette..."Chose" Dans un tiroir bien précis, puis on oublie bien vite cet exercice périlleux et forcément limitatif et on s’égare dans les références diverses..(On frôle un peu les domaines oniriques de "The earlies" parfois non ?...)
      On flirte aussi un petit peu avec la musique dite ..."Moderne"....
      Mais plus que tout, c’est varié, dépaysant, ressourcant...
      Merci beaucoup pour la découverte.
      Bonjour chez vous

      repondre message

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)