Accueil > Critiques > 2010

Plants And Animals - La La Land

samedi 24 avril 2010, par marc

Bon comme avant


Un des plaisirs de ce hobby étrange de graphomane musical, c’est la découverte et le partage de bons coins qui deviennent familiers. Le trio de Montréal nous avait gratifié d’un album excellent il y a deux ans, débusqué par Pitchfork (il faut le rappeler de temps en temps). Très varié et uniformément réussi, il nous promettait de beaux lendemains (ça y est j’ai placé une référence à Russel Banks).

Le rock seventies, c’est un peu comme tous les styles typés, on a intérêt à en faire une relecture en 2010 parce que les modèles sont souvent insurpassables dans leur genre et sont toujours disponibles dans les médiathèques. Ou sur classique 21. La réussite de Plants And Animals tenait dans leur capacité à jongler avec une facilité apparente avec beaucoup de composantes et à proposer des morceaux vraiment bluffants.

On retrouve encore cette tendance presque inévitable qui veut qu’un second album est moins varié et plus concentré que les premiers. Plus d’incartades folk, de groove ensoleillé. Moins déroutant et versatile que le premier, il repose sur des morceaux plus solides d’apparence, mais un peu plus difficiles à fixer en mémoire. Il faut attendre plusieurs écoutes en effet pour que le premier Tom Cruz (le scientologue ?) n’envoute.

Certains morceaux retiennent moins l’attention comme American Idol mais ces moments un peu plus ordinaires ne sont pas légion et de plus ne durent pas longtemps. On se retrouve par contre emporté malgré soi par Undone Melody parti sur des bases languides puis qui s’épanouit en guitares résurgentes. C’est dans ce genre de morceau qu’on retrouve pourquoi on les a aimés et pourquoi on les suit. On retrouve leur façon de chalouper un morceau sur le très bon Kon Tiki qui lui succède et cet agencement est vraiment bien vu. Allez comprendre pourquoi, mais j’ai pensé à un Spoon plus seventies, avec de la coolitude à la place de la tension.

Cette tension existe pourtant, notamment le temps d’un The Mama Papa qui n’est pas loin de LCD Soundsystem. On sent leur influence commune d’un certain rock progressif allemand (Krautrock pour ceux qui ont deviné), alors que d’autres morceaux laissent entrevoir des bribes de prog ‘tout court’ (Fake It). Dans les références vintage, on peut aussi caser le Crazy Horse de Neil Young pour Jeans Jeans Jeans.

Vous le savez sans doute, les groupes actuels donnant dans le rock ‘classique’, ce n’est vraiment pas mon truc. Mais ceux qui arrivent à utiliser des influences pour en faire quelque chose de personnel, avec des fusions réussies au passage captent bien mieux mon intérêt. Cet album manque peut-être de la folie du premier qui leur permettait de tout tenter et tout réussir, mais ils ont gardé suffisamment d’intensité pour rester pertinents.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Plants And Animals - La La Land 25 avril 2010 20:52, par roydanvers

    Cher Marc,
    parfois je me demande comment tu fais.
    Dans les salles de concerts (armé de ton appareil photo) la nuit et critique assidu le jour...
    Comment fais-tu pour écouter, réécouter et rédiger un compte rendu à propos de disque que je n’arrive même pas à écouter jusqu’au bout.
    Pour Spoon (dont il est également question ici), je m’étais trompé mais dans le cas présent, l’écoute de La La Land s’approchait réellement du supplice...
    Bonjour chez toi (bonjour à J... et non à M...) en attendant ton rapport sur le concert de Midlake.

    repondre message

  • Plants And Animals - La La Land 26 avril 2010 03:01, par Benjamin F

    Ils ont incorporé trop d’éléments à mon goût au point de noyer le songwriting, mais ça reste effectivement un album sympathique.

    repondre message

    • Plants And Animals - La La Land 26 avril 2010 13:45, par Marc

      @Roydanvers,

      Question d’habitude, mais je dois avouer que l’abondance des sorties devient difficile à suivre. La chronique du concert de Midlake arrive très bientôt, les photos un peu plus tard. Sinon, je comprends que cet album peut dispenser un certain ennui si on n’est pas ’dedans’ mais de là à parler de torture. Bonjour chez vous (n’oublions pas que M.... ce sont nos soeurs).

      @Benjamin (aussi),
      Ou alors ils se sont un peu trop assagis. Mais les albums sympathiques ne sont pas toujours ceux qu’on réécoute.

      repondre message

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)