Accueil > Musique > 2005 > Arcade Fire : Funeral

Arcade Fire : Funeral

vendredi 11 août 2006, par Marc


Vu les critiques élogieuses glanées ça et là, je ne suis pas le premier à sombrer corps et âmes dans ce Funeral. A force de chercher des raisons personnelles à mon attachement à cette découverte, c’est muni de très nombreuses écoutes que je vous écris. Avec plus envie de le réécouter que d’en parler, ce qui est bon signe. La vitesse avec laquelle ces chansons finalement simples s’immiscent est rare. Alors, qu’en est-il ?

Il s’agit surtout de l’oeuvre d’un couple canadien de Montréal qui a décidé de s’unir et de composer cet album suite à une série noire de décès (d’où le titre pas très fête). Et le but ne fait pas de doute : Arcade fire ne veut pas nous faire danser (encore que Neigborhood #3 y parviendrait sans problème, avec un très gros son qui tranche) ni réfléchir mais susciter l’émotion. Par tous les moyens, ce qui est finalement extrêmement périlleux. On convoque les accélérations sur presque tous les morceaux, les violons (des riffs, pas des nappes larmoyantes), l’accordéon, etc...
Pour ce qui est des références, c’est plus difficile. Tout au plus se remémore-t-on certains Mercury Rev inspirés (circa Deserter’s songs) pour la grandiloquence de Wake up par exemple. La mélodie limpide rend ce moment qui aurait pu être kitsch finalement attachant (pour moi, mais j’admets qu’il y a une part de subjectivité immense). La fin du morceau me conduit plutôt dans les eaux d’un Essex Green. On pense aussi à Miranda sex garden pour la voix féminine sur The back seat ou encore aux Pulp de leur période sur Fire records. Les morceaux lents et à tiroirs se retrouvent aussi sur le dernier album de Bright eyes.

La pièce maîtresse de cet album est Neigborhood, fresque en quatre parties (fort différentes, on n’est pas dans le conceptuel), inspirée et intense, surclassant l’Archive de You all look the same to me sur le terrain de la sophistication. Ces quatre morceaux-là valent à eux seuls le déplacement.

Même quand on n’a pas un chef d’oeuvre d’émotion, ce n’est pas ridicule, juste un peu en retrait jusqu’à l’inévitable accélération bordélique. Et quand elle ne vient pas on reste sur sa faim dans un morceau par trop répétitif (Haïti).

Pas modeste pour un sou mais vraiment attachant, je vous conseille au moins d’essayer cet enterrement flamboyant. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Arcade Fire : Funeral 9 septembre 2008 10:23

    Bonjour Marc,

    Après notre rencontre et ton envolée passionnée sur la musique Post-Rock et Post-Punk et sur Arcade Fire, nous nous sommes empressés d’aller consulter ton site et surtout d’écouter Arcade Fire : Funeral et Neon Bible !

    Je dois dire que même étant néophyte j’ai trouvé cela excellent et même (mais là cela n’engage que moi et c’est totalement subjectif !) "meilleur" que Radiohead...

    Merci beaucoup pour la découverte et nous continuerons à venir "trainer" sur ce site !

    Les cols Mao.

    repondre message

    • Arcade Fire : Funeral 9 septembre 2008 22:12, par Marc

      Bonsoir à vous,

      Content de voir que mon excitation individuelle puisse déboucher sur des découvertes. Meilleures que Radiohead ? Et pourquoi pas. C’est défendable en tous cas.

      Revenez trainer quand vous voulez évidemment.

      Bonjour chez vous

      Marc

      repondre message

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)