Accueil > Critiques > 2013

Vampire Weekend - Modern Vampires of the City

mardi 25 juin 2013, par marc

Vampire gris


Une légende bien plus tenace que vraiment avérée veut que le troisième album d’un groupe soit déterminant pour la suite des événements. Difficile de se projeter dans le futur, mais la troisième livraison des New-Yorkais était sans doute attendue au tournant. Paradoxalement, bien moins quela première qui les avait brusquement projetés sous les feux de la rampe.

La première écoute est un peu déconcertante, parce qu’on ne retrouve pas nécessairement les ingrédients qui ont fait de Vampire Weekend ce qu’on en connait, cette fausse pop insouciante de petit blanc qui va puiser ailleurs de quoi améliorer son ordinaire sonore. Obvious Bicycle est en tout cas une bien étrange porte d’entrée, trop lente pour vraiment attiser l’attente. Unbelievers est autrement plus emballant, plus rapide tout simplement. Parce que la spontanéité, la vivacité sont primordiales quand on veut emballer de la musique pop.

Quand on le compare à d’éventuels coreligionnaires, Vampire Weekend garde quelques franches longueurs d’avance puisqu’ils ne se perdent pas dans des compositions trop alambiquées. Il reste donc des mélodies, c’est ce qui a toujours fait la différence. On en retrouve au détour de Step qui instille un peu de mélancolie dans cet univers jamais aussi rose qu’il n’y parait. Hudson ose être plus pesant et Don’t Lie quant à lui ressemble à une version ralentie de morceaux du passé. On avait senti avec I Think Ur A Contra sur le dernier album qu’un revirement pouvait se préparer. Il est toujours en cours, mais certainement pas achevé. On n’avait pas trop voulu le voir à l’époque, mais la descente était bel et bien amorcée.

Les morceaux hyperactifs ne sont plus là, et ils manquent vraiment pour passer d’album agréable à usine à tubes. Ya hey pourrait être celui-là malgré l’irritant gimmick de voix triturées. Il reste donc de vrais morceaux bien évidents quand la vitesse est maintenue (Worship You), mais il faut bien le reconnaître, la densité de ces moments décroit sensiblement depuis le premier album. Un bon album du genre doit passer de tube potentiel en tuerie en puissance sans faiblir. Ici, on gigote gentiment parfois, mais ce n’est plus la musique séminale qui s’adresse aux membres. On est trop exigeants, certes, mais vis-à-vis d’un groupe largement au-dessus de la mêlée.

Moins flashy, plus lent, plus introspectif, cet album n’a pas tous les ingrédients qui avaient fait des deux premiers (d’accord, surtout le premier). Ils ne sont sans doute pas arrivés à ce stade inévitable où ils veulent prouver qu’ils peuvent faire de ‘vraies’ chansons (c’est ce que Franz Ferdinand a fait avant de sombrer dans l’oubli) mais trouver un second souffle après un album brillant est visiblement compliqué pour ces jeunes groupes. Certes, leur potentiel de sympathie ne s’érode que lentement (d’autant qu’il est ancien), mais il s’érode tout de même.

http://www.vampireweekend.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)