Accueil > Musique > 2020 > The Imaginary Suitcase - Hope Is a Sick Joke

The Imaginary Suitcase - Hope Is a Sick Joke

mercredi 25 novembre 2020, par Marc


Plusieurs années ont passé depuis qu’on est sans nouvelles discographiques de l’ami Laurent Leemans. A son échelle, deux ans depuis son dernier EP et trois ans depuis le dernier album, c’est un gouffre qui contraste avec son habituelle productivité (7 sorties critiquées sur ce site). Même si je ne l’ai plus vu en vrai depuis un concert de La Vierge Du Chancelier Rolin au Verdur’Rock de 1996 (date estimée), il a tout de suite su se rendre précieux, établir une connivence qui ne s’est plus démentie.

Hope is a Sick Joke en rock gothique sudiste , un rien électrifié. Les thèmes sont évidemment différents des poncifs du genre, plus imprégnés d’un sentiment de révolte concernée. On connaissait ses préoccupations, spécialement illustrées sur le justement nommé et plus que jamais d’actualité I Can’t Believe We’re Still Protesting This Shit. C’est enlevé et plus que prometteur parce que ça annonce un album. Il est souvent vain de tenter de sur-interpréter une pochette mais cette image de lumière au bout de la cave est sans doute représentative de la sortie par l’art d’une période sombre, ce qu’il confesse dans ses notes.

Mais on n’écrit jamais un article pour un seul titre et ceux qui voudront supporter l’artiste auront droit à trois reprises de bon goût. On commence par le classique Le Courage des Oiseaux dont on connaît déjà beaucoup de versions (de Dominique A lui-même, de Baden-Baden). C’est différent bien évidemment, plus acoustique, avec un ’harmonica qui ‘sonne’ spécialement bien. Lost on You vaut aussi le détour avec sa seule guitare acoustique baignée de reverb’. Et une belle voix grave ne pouvait pas non plus passer à côté de Leonard Cohen dont l’inoxydable Suzanne termine en sobriété cette livraison. Un nouveau morceau et trois reprises de haute volée, le but de cet échantillon est de nous donner envie de plus. Mission accomplie donc.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)