Accueil > Critiques > 2005

Jean-Louis Murat : 1829

lundi 21 août 2006, par marc


C’est décidé, je vais créer un template pour les critiques de Jean-Louis Murat. Il n’y aurait qu’à ajouter un lien vers la dernière critique par exemple. Ce serait bien utile tant l’abondance de l’oeuvre de l’Auvergnat rend difficile le recensement. Je vais donc me borner qu’en un an et demi d’existence de ce site, c’est la cinquième fois que je critique un Jean-Louis Murat. Si ça vous intéresse (j’espère que ça vous intéresse), voyez ici, là, ou encore ici, voire même là.

Après avoir joué les paroliers sur des compositions de son comparse Fred jimenez (A bird on a poire), il teste ici ses talents de mélodiste puisque les paroles ne lui ont pas dûes. En effet, c’est à l’auteur de deux titres du précédent Mockba qu’on doit les textes. Au XIXème siècle, Béranger était plus célèbre que Victor Hugo. Il est bizarre de voir ce que la postérité fait des vedettes de leur temps. Finalement l’écriture de Murat se trouve plus proche de celle d’un auteur d’il y a 150 ans que de Houellebecq par exemple, pour reprendre un exemple d’auteur contemporain ayant fait mettre ses écrits en musique. Les histoires relatées sont parfois bien croquignoles (Le pape musulman), des souvenirs qui semblent un peu surannés (le charme napoléonien de Les souvenirs du peuple).

Au niveau de l’orchestration, c’est assez minimaliste. Une guitare acoustique souvent relevée d’une batterie ou d’une basse, mais jamais plus. Du folk dans toute sa simplicité. Mais qu’on se rassure, ce n’est jamais aride.

Et au niveau de la qualité ? Eh bien c’est du Murat pur jus. Entendez que l’exercice semble vain à la première écoute mais au fur et à mesure des écoutes on se prend à penser que cet intermède est finalement de plus haute tenue que Mockba, plus constant. La simplicité des arrangements, la facilité déconcertante de Jean-Louis Murat pour les mélodies, le contenu moins abscons des textes emportent le morceau. L’exercice est infiniment plus léger que le projet avec Isabelle Huppert à propos de chansons d’une poétesse du XVIIIéme siècle.

Comme on n’attend presque rien de cet album de plus, qu’on ne doit pas être des masses à accumuler tout ce qu’il a fait ces deux dernières années, on n’est pas déçus. C’est en tous cas un des rares albums récents à être de qualité constante (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)