Accueil > Musique > 2021 > Mono - Pilgrimage of the Soul

Mono - Pilgrimage of the Soul

lundi 27 septembre 2021, par Marc


Quand un groupe ne rate jamais une occasion de se commémorer, ce n’est que rarement un signe de vitalité créatrice. Pourtant Mono revient avec un vrai album sous le bras quelques mois à peine après un live des 20 ans qui nous avait bien plu.

Attention spoiler, après 1’20” ils plantent leur première accélération sèche et sur de forts pourcentages. Et on se dit qu’on est parti pour d’énièmes retrouvailles. Comme souvent avec les formations qui entrent dans leur troisième décennie, les différences sont à aller chercher à la marge. En l’occurrence, on notera des structures un peu plus électroniques et un tempo plus élevé. Et sans trop de surprises, Imperfect Things les place dans le sillage d’un Mogwai qui a effectué cette mue il y a bien des années. Mais comme on n’a vraiment pas affaire à des suiveurs ici, ils trouvent d’emblée leur voie, tout en densité et abrasion.

En entendant les cuivres sur Heaven in a Wild Flower et sa lente montée, on sent qu’il se passera quelque chose. Parce qu’on les connait, parce qu’on est venus pour ça. Et pourtant, non, ça ne vient pas vraiment. Mais le morceau sert de marchepied au suivant. Comme souvent, le séquencement de l’album a une vraie importance.

Rassurez-vous, il y a aussi le morceau de 12 minutes plein de violons et de guitares. Il s’appelle Hold Infinity in the Palm of Your Hand. Oui, il y a même des clochettes, un petit gimmick sonore qui les distingue. Innocence est un morceau lancinant mais toujours dans les canons post-rock avec ses inévitables envolées. On veut des cordes, du lyrisme même pas honteux et il est là sur The Auguries. Si c’est ça qui vous plait, autant revenir au splendide Hymns To The Immortal Wind qui a en plus pour nous la saveur du point d’entrée dans leur discographie.

Rien ne serait pire pour Mono et son public fidèle qu’une complète révolution. Le groupe japonais l’a bien compris et joue de variations subtiles pour que l’évolution se marque sans que le charme soit altéré. Le post-rock lyrique d’un classicisme extrême des Japonais est suffisamment unique pour leur garantir encore quelques décennies de dévotion.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)