Accueil > Critiques > 2021

Mono - Pilgrimage of the Soul

lundi 27 septembre 2021, par marc


Quand un groupe ne rate jamais une occasion de se commémorer, ce n’est que rarement un signe de vitalité créatrice. Pourtant Mono revient avec un vrai album sous le bras quelques mois à peine après un live des 20 ans qui nous avait bien plu.

Attention spoiler, après 1’20” ils plantent leur première accélération sèche et sur de forts pourcentages. Et on se dit qu’on est parti pour d’énièmes retrouvailles. Comme souvent avec les formations qui entrent dans leur troisième décennie, les différences sont à aller chercher à la marge. En l’occurrence, on notera des structures un peu plus électroniques et un tempo plus élevé. Et sans trop de surprises, Imperfect Things les place dans le sillage d’un Mogwai qui a effectué cette mue il y a bien des années. Mais comme on n’a vraiment pas affaire à des suiveurs ici, ils trouvent d’emblée leur voie, tout en densité et abrasion.

En entendant les cuivres sur Heaven in a Wild Flower et sa lente montée, on sent qu’il se passera quelque chose. Parce qu’on les connait, parce qu’on est venus pour ça. Et pourtant, non, ça ne vient pas vraiment. Mais le morceau sert de marchepied au suivant. Comme souvent, le séquencement de l’album a une vraie importance.

Rassurez-vous, il y a aussi le morceau de 12 minutes plein de violons et de guitares. Il s’appelle Hold Infinity in the Palm of Your Hand. Oui, il y a même des clochettes, un petit gimmick sonore qui les distingue. Innocence est un morceau lancinant mais toujours dans les canons post-rock avec ses inévitables envolées. On veut des cordes, du lyrisme même pas honteux et il est là sur The Auguries. Si c’est ça qui vous plait, autant revenir au splendide Hymns To The Immortal Wind qui a en plus pour nous la saveur du point d’entrée dans leur discographie.

Rien ne serait pire pour Mono et son public fidèle qu’une complète révolution. Le groupe japonais l’a bien compris et joue de variations subtiles pour que l’évolution se marque sans que le charme soit altéré. Le post-rock lyrique d’un classicisme extrême des Japonais est suffisamment unique pour leur garantir encore quelques décennies de dévotion.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)

  • Sigur Rós - Átta

    Avis important pour les artistes : si vous comptez entamer un hiatus, arrangez-vous pour le faire après un bon album. C’est la bonne idée de la formation islandaise qui nous avait laissés en 2013 sur l’excellent Kveikur. Depuis, on savait le projet un cocon, notamment avec le départ de certains membres. Evidemment, on avait suivi les aventures solo du chanteur Jónsi Birgisson mais rien n’indiquait (...)

  • Bravery In Battles - The House We Live In

    Même si c’est contre-intuitif parce que le post-rock est essentiellement instrumental, le style a souvent été engagé. Entre les revendications de Godpeed You ! Black Emperor et la protection de la Grande Barrière de Corail de Selfless Orchestra, les exemples abondent. Le collectif parisien Bravery in Battles est présent sur le combat environnemental comme en témoigne la copieuse musique du film The (...)