Accueil > Critiques > 2022

Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

mercredi 21 décembre 2022, par marc


On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation.

Comme un Tom Waits part d’un substrat identifié (l’americana, en gros) pour imposer sa personnalité, Nicolas Jules prend la tangente avec succès. La voix n’est évidemment pas aussi typée mais parfaitement en adéquation avec cette musique. C’est traditionnel par certains aspects mais aussi très moderne et très personnel. Pris comme un tout, cette forme s’éloigne des canons qu’on avait cru identifier. Avec une pulsation sur Mon Bengale, morceau qui frappe fort et juste.

Et même quand on sort le fiddle le résultat est plutôt unique (Timide, Jardin Secret Jardin Public). On pourrait y voir une version plus terrestre d’Andrew Bird. Il faut donc le confronter à d’autres artistes singuliers, ce qui revient à le considérer lui-même comme seule référence. On notera aussi que les mélodies (Orties, Bicyclette) maintiennent le tout, le rendant accessible et attachant. C’est le contraire d’un album expérimental.

Les textes aussi se font de plus en plus ciselés, se permettant quelques fulgurances, trouvant un équilibre entre évocation et une vraie réalité, avec une certaine ironie jamais cynique (Les Etoiles Dans Le Lac).

Y a des gars qui bossent/A bien aligner les tulipes/Moi je bosse au désordre/Nous formons une belle équipe

Nicolas Jules a tout pour devenir bien plus qu’un trésor caché. Le tour que prend sa discographie nous le rend en tous cas indispensable. Si la tendance se confirme, on attend de pied ferme un excellent cru 2023.

Seule une version physique existe, ça se trouve ici

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)