Accueil > Critiques > 2006

Googooblown (le bonhomme) - Devilish fantaZiah

lundi 19 février 2007, par Fred

Chronique de l’étrange.


La recherches de nouveautés est pour nous un véritable sacerdoce et c’est toujours nous faire plasir que de nous présenter un nouveau groupe. Quand à cette présentation se joint l’envoi d’un CD et d’un dossier de presse, on se sent encore plus curieux de se pencher sur ce cas (même si on tarde un peu à rendre sa copie...).

Pour une fois, nous allons vous parler de rock français. Pour une fois, chose encore plus rare, les références de ces français ne seront pas à aller chercher du côté des Noir Désir ou de Louise Attaque.

Car Goo Goo Blown est un peu le fils caché du rock français, celui qui est un peu dérangé, un peu étrange. Dérangé est la musique, étranges sont les paroles, à la fois quand elles sont en français ou en anglais.

Les violons, violoncelles et xylophones aident d’ailleurs à créer des ambiances :
- tantôt obsédantes (Subaquachaotik Warriors),
- tantôt oppressantes (I’ve Got My Own Private Killing Company For Assisted Suicides, titre ouvrant l’album de très belle manière et qui renoue avec la tradition très anglosaxon des titres rigolos à ralonge),
- tantôt lyriques comme sur Les Anges Sont De Fausses Blondes qu’il ne faudrait surtout pas juger sur sa première minute au risque de râter le bel ouvrage qui suit.
Un vrai bonheur donc de retrouver des cordes au service de rock alternatif dans une production tout simplement royale.

Fantaisie Démonacale illustre bien l’album, avec une entrée en matière gentille et mélodieuse en français, qui glisse vers des cordes lourdes et des voix plus menaçantes (je suis un pervers/ je suis un pervers.) avant de faire place à un refrain chanté en anglais toujours sur une section de corde torturée. La place de ces cordes et l’atmosphère qu’elles apportent rappelle ici les premier albums de dEUS, sur Roses ou Via par exemple.

Les influences sont donc clairement à chercher dans le rock alternatif, symphonique ou déjanté/déstructuré, ou alors dans la pop-rock anglosaxone psychanalytique de Placebo.

Daisy Soup & Pork Beast (To Nuzzle In Dunwich) sonne d’ailleurs exactement comme ce qu’on attendrait d’un ’bon’ Placebo. Un rock carré, habité, qui dérape et part en sucette après près de 2 minutes, pour un écartade happy-pop, avant le retour de la machine de guerre. Car Goo Goo Blown, pratique également avec brio la chanson à tiroir à la manière des dEUS ou des Radiohead.

Le panel vocal est également intéressant et fort bien employé. On devra cependant endurer quelques passages à l’octave un peu génants lors de certains moment plus calmes ou plus contemplatifs (Bal(L)Ade Nocturne)

Evidemment, une ou deux plages de cette album ont tendance à subir la sentence du ’skip’, mais au final, un premier album de cette qualité ne peut être que salué.
Tout ceci n’augure que du bon pour le Live, on tentera de vérifier ça si l’occasion se présente.

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • Isbells - Basegemiti

    Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de (...)

  • La Jungle – Blurry Landscapes

    S’il en est qui ne semblent jamais s’arrêter, ce sont bien les deux turbulents Rémy Venant et Mathieu Flasse. On se remet à peine d’Ephemeral Feast que voici déjà son successeur. Il faut dire que ces deux album ont été tous deux composés pendant les confinements. Un simple album de plus alors ?
    Pas vraiment parce qu’il y a ici une composante visuelle. Ils ont eu en effet l’idée de proposer à dix (...)