Accueil > Critiques > 2003

Avec Leo !

mardi 8 août 2006, par marc


S’il ne s’agit pas de l’idée la plus renversante de l’histoire de la musique enregistrée, l’idée d’albums d’hommage est souvent bonne. Pour deux raisons : la première est de rappeler à notre bon souvenir des titres souvent classiques ; la seconde de permettre à des groupes ou chanteurs moins connus de s’exprimer auprès de chevronnés. Donc ici, c’est dans l’immense répertoire de Léo Ferré qu’on plonge. D’abord, je dois avouer qu’à de rares exceptions près je le connais mal, sans doute parce qu’il a été soumis plus que d’autres (Brel, Brassens) aux outrages du temps. Se côtoient donc des chansons plus faibles que d’autres, sans doute à cause d’un choix parfois plus pointu ou kitsch (Le conditionel de variétés défendu par Eiffel, La solitude par Tue-Loup ou encore L’été 68 par Katerine).

Mais les réussites sont plus qu’émouvantes, avec en tête La mémoire et la mer de Lavilliers et l’inévitable Des Armes qui figure sur le dernier (sans doute) Noir Désir. Le Jolie Môme par Jacques Higelin humilie tout simplement la version atroce qu’en avait faite Florent Pagny.
La personnalité de certains artistes est telle qu’elle donne une nouvelle dimension à certains titres trop souvent entendus pour être traités à l’identique. c’est ce que réussit Alain Bashung sur Avec le temps.

Le reste est parfois un rien trop académique pour mériter l’enthousiasme. Miossec, Dominique A et Les Hurleurs s’en sortent ainsi bien mais sans se mettre en danger.

Reste, comme sur l’album d’hommage à Brassens, des groupes prennent une mesure qu’ils n’ont pas toujours avec leurs propres compositions. Dans le cas qui nous occupe, c’est Dionysos qui se transfigure le temps d’un Thank You Satan.
Un album un peu hétérogène donc mais c’est finalement la loi du genre. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)