Accueil > Musique > Concerts > Jean-Louis Murat, Nuits Botanique, 09/05/2010

Jean-Louis Murat, Nuits Botanique, 09/05/2010

lundi 10 mai 2010, par Marc

Cachons-nous dans les ténèbres


Revoici le printemps, revoici les Nuits Botanique, qui allient comme souvent chouette programmation et bonne humeur. La météo n’est sans doute pas la meilleure alliée d’un verre pris en extérieur nuit, mais je vous parlerai des concerts que j’irai voir. Il n’y en a pas des tonnes, parce que la vraie vie est là et que je l’aime beaucoup aussi.

Il y a des concerts tous les jours au Botanique, et souvent des bons. Alors, qu’est-ce qui caractérise ceux qui sont donnés dans ce cadre ? Souvent l’intérêt et la longueur de la prestation de la (ou des) première(s) partie(s). Donc j’étais content de retrouver Scout Niblett. Découverte il y a deux ans et un jour alors que j’allais voir Marissa Nadler, j’étais curieux de voir cette énergie brute sur scène, même si je n’avais pas écouté son dernier The Calcination Of Scout Niblett à l’hilarante pochette. Je vous dois bien évidemment la plus franche honnêteté donc il faut que vous sachiez que le concert fut aride. Certes il y avait visiblement le décalage horaire, mais l’idée de se produire seule sur scène n’est pas idéale. Surtout que son talent limité de batteuse n’aide pas. Fort heureusement, c’est seule à la guitare électrique qu’elle assure la majeure partie du concert. L’uniformité guette mais au final, je n’ai pas décroché au long des 50 minutes de ce que ferait PJ Harvey dans le plus grand dénuement. Une semi-déception donc.

Ce site existe depuis 2003 (pas sous cette forme il est vrai) et c’est sans doute Jean-Louis Murat qui a été le plus souvent critiqué. Il faut dire que sa productivité est impressionnante et que je le suis depuis longtemps déjà. Etrangement, son dernier album n’est pas venu allonger la liste des 8 critiques déjà existantes, et je n’ai eu l’occasion de l’écouter qu’une seule fois. Mais ce n’est pas grave, une fois qu’on a adhéré au style il est difficile d’être déçu. C’est donc logiquement que Le Cours Ordinaire des Choses définit la majorité de la playlist (laquelle est disponible sur Frontstage).

Murat en concert, c’est un souvenir étrange de 2003, une sale humeur, et une petite appréhension venant de l’imprévisible. En effet, les rares live de sa discographie sont souvent assez différents de ce qu’il produit en studio (comparez Murangostang et Mustango par exemple). Il est accompagné d’un très efficace et discret trio basse-batterie-clavier qui tient parfaitement en place. On se rend vite compte de plusieurs choses. Tout d’abord, la voix est splendide, assurée, caressante et on retrouve le même plaisir que chez soi. Ensuite, la diction n’aide pas toujours la compréhension de textes volontiers allusifs. Enfin, c’est un sacré guitariste. Tout ça mis ensemble, sans une seule baisse d’intensité, sans une once d’hésitation, rend le moment particulier. A tel point qu’on regrette que ce vaste châpiteau soit aussi peu rempli (disons, aux deux tiers). Dans un contexte pareil, les chansons plus anciennes de son répertoire prennent un beau relief. Train bleu ou le formidable Examen de Minuit de Baudelaire frappent fort. On le constate, ce n’est pas une optique best-of qui est choisie, et le contraire eut étonné. Mais vu l’étendue de son très beau répertoire, n’importe quelle sélection ravit l’amateur que je suis.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

9 Messages

  • Jean-Louis Murat, Nuits Botanique, 09/05/2010 10 mai 2010 13:38, par Laurent

    Je ne peux que te conseiller de réécouter intensivement "Le Cours Ordinaire des Choses", petit sommet discographique du bonhomme à mon humble avis !

    repondre message

  • Ben moi, j’ai aimé cet album à moitié, trop countryfiant, trop "à la" Eddy Mitchell !

    Par contre, le concert d’hier soir au Bota était fabuleux, et comme d’habitude les chansons sont transformées et magnifiées sur scène, quand le bonhomme est d’humeur, ce qui était le cas hier.

    De toute façon, on peu lire ma critique, des photos et 8 vidéos de ce concert ici même http://fun1959.canalblog.com

    repondre message

    • Jean-Louis Murat, Nuits Botanique, 09/05/2010 10 mai 2010 15:57, par Didier143

      Je suis admirateur de JLM donc pas forcément objectif.
      Allez le voir en concert et vous en prendrez plein la gueule ...
      Lisez les mots de ses chansons et vous aurez une autre image du bonhomme.
      JLM ... c’est trop la classe ... n’en déplaise à certains ... n’en déplaise à beaucoup !!!

      repondre message

      • Jean-Louis Murat, Nuits Botanique, 09/05/2010 10 mai 2010 17:40, par Mmarsupilami

        C’est celui qui est mort dans sa baignoire, ça , Murat ?

        repondre message

        • Jean-Louis Murat, Nuits Botanique, 09/05/2010 10 mai 2010 22:03, par le cousin de la reine de trèfle

          MURAT c’est évidemment la VOIX, le talent de compositeur-conteur, souvent (très souvent )inspiré , inspiré dans ses chansons mais si peu dans ses entretiens (ou dans ses bavardages lors des concerts ), à la limite du supportable ;

          exemple, le souvenir du dernier "show" orchestré,comme il a pu, par Bernard LENOIR ( le pauvre ), MURAT qui nous a fait subir ce soir-là, des propos à l’emporte-pièce, la mauvaise foi, la méchanceté gratuite, des reflexions imbéciles ...

          STP, JEAN lOUIS, merci de chanter ... c’est beau, et c’est déjà beaucoup !

          repondre message

  • Jean-Louis Murat, Nuits Botanique, 09/05/2010 10 mai 2010 23:16, par roydanvers

    Le cours ordinaire des choses est, pour moi, le pire album de Murat qu’il m’est pourtant arrivé d’aimer dans le passé.

    J’étais allé écouter Scout Niblett au Trix à Anvers il y a qq. mois. Elle n’a pas joué plus de 18 secondes et s’est effondrée en pleurs... Incapable de continuer (ni de rembourser le prix des places ;-)
    Triste souvenir qui m’a laissé sur ma faim.
    J’aurais effectivement donné bien plus pour voir PJ Harvey !

    @ Marsupilami : "La mort de Marat" par David (non, pas celui de Jonathan) me plaît bien aussi...

    repondre message

  • Jean-Louis Murat, Nuits Botanique, 09/05/2010 26 juillet 2012 13:44, par mariah

    je suis un grand fan de Murat, j’ai adoré l’album mais en concert, il déchire !abris piscines

    repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)