Accueil > Musique > 2011 > PJ Harvey - Let England Shake

PJ Harvey - Let England Shake

vendredi 11 février 2011, par Laurent

Lettre ouverte


Elle est arrivée de son exode rural la guitare au poing, fruste comme un homme, terrifiante d’aridité. Asséchant l’air ambiant, elle s’est imposée en faisant parler la poudre, sans embraser les regards. Le sien semblait dire : « Vous n’êtes pas près de vous débarrasser de moi », alors qu’elle enfonçait le clou dans nos futurs stigmates. Mais la rudesse de ses manières, au fond, nous voulait beaucoup de bien. Décidée à nous servir son amour sur un plateau érodé, elle transformait notre relation en condition nécessaire et suffisante de l’extase. Est-là le désir ? En tout cas le plaisir avait un goût d’éternité et chacun de ses récits, urbains ou marins, en disait moins sur elle que sur nous-même, avant de revenir à ses fondamentaux. À ses pulsions. À elle. Uh uh.

Mais les éléments se sont accordés pour redistribuer la donne : l’eau a coulé sous les ponts, le feu a consumé sa rage et, en retrouvant ses terres, Polly Jean a épousé l’éther. Colombe dentelée, elle a tracé dans le ciel un sillon de craie blanche qui a fait pleurer le diable. Femme apaisée, elle a pourtant regardé les hommes marcher sans se retourner. Poétesse engagée, elle réserve son mordant à des considérations géo-historiques inédites, adressant à la mère patrie une lettre ouverte, béante même, comme ces cœurs qui ont trop saigné. Qu’on laisse l’Angleterre trembler au son du xylophone : du sous-sol de son abri reconverti en cabaret, la voix de Polly Jean nous parvient étouffée et métallique, mais reste habitée par vingt ans de souvenirs violents.

« Goddam’ Europeans ! Take me back to beautiful England and the grey, damp filthiness of ages. » Harassée par les migrations forcées, elle vit le mal du pays comme une colère sourde, Last Living Rose en quête désespérée de haillons d’argent à accrocher aux plaines. Alors elle se console dans la rutilance du cuivre, jusqu’aux recoins les plus touffus de son exil où ils résonnent comme une cave peuplée de mauvaises graines (In the Dark Places), quand elle n’y préfère pas les désertiques horizons américains et le clairon de la cavalerie (The Glorious Land), ce paysage sonore torride qu’on est certain d’avoir entendu il y a si longtemps, lors d’un inoubliable incendie. Refaisant le chemin des colons, elle comprend que les vraies nations naissent dans la douleur en voyant les corps des soldats tomber comme des abats de viande (The Words That Maketh Murder).

La mort est partout, fixant chacun des yeux, jusque dans les plaisanteries qui voudraient la vouer à l’oubli – alors on ne peut qu’en rire de plus belle : « Let’s head out to the fountain of death and splash about, swim back and forth and laugh out loud until the day is ending. » Et tandis que, sous un soleil moins plombé que les chairs, la troupe marche en chantant, « Death to all and everyone », la poétesse modèle tour à tour, sur sa lyre en forme d’autoharpe, les soupirs de la sainte (On Battleship Hill) et les cris de la fée (England). Son patriotisme, dernier repère et suprême contrainte, lui laisse dans la bouche un goût amer, amer comme les mains blanches qui lancent un dernier adieu aux soldats, comme les forêts piétinées par le feu de l’industrie (Bitter Branches).

« Date palms, orange and tangerine trees, and eyes are crying for everything. » Les dépeupleurs avancent en semeurs de cendres, armés de leurs faux et de leurs faux-semblants. Le glorieux fruit de la terre : des orphelins, des estropiés, et cette foule de bannis qui nagent leur évasion dans la marée noire (Written on the Forehead). La couleur de la terre, c’est ce rouge bruni que chacun voit couler en lui (The Colour of the Earth), et qui suinte d’une nature défigurée, « 400 acres of useless beachfront, dripping down death now, and now, and now ». Au cœur du no man’s land, Polly Jean attend que les brumes se dissipent et contemple le panorama. « There are no fields or trees, no blades of grass. Just unburied ghosts hanging in the wire. »

C’est là que Polly Jean vient chuchoter la vanité des combats, en entendant le vent lui susurrer sa vérité : la nature, cruelle nature, a gagné une fois de plus. L’odeur du thym a vaincu les relents du sang et, après plusieurs générations de ressentiment, la voilà qui nous pique le visage pour rappeler l’évidence. Au sommet des monticules de Bolton’s Ridge, PJ Harvey laisse les éléments lui parler et répond à la terre que ses difformités ne sont que nature, que nature humaine. Sans faire de politique, elle pleure ses craintes seule contre tous – la fin des jours d’insouciance et de pérennité. « I fear our blood won’t rise again. » Celle qui a gagné, lui a dit Bobby, c’est l’indifférence. Pourtant il n’est de plus belle victoire aujourd’hui que celle de sa nouvelle incarnation ; cette ixième version d’elle-même qui nous dit que jamais, décidément, elle ne cessera de nous faire trembler.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • Wire - 10:20

    Un album d’inédits sortis pour le Record Store Day, ce n’est pas a priori la proposition la plus alléchante de la part de Wire, même si une discographie étalée sur 43 ans et des setlists imprévisibles regorgent de morceaux peu ou pas entendus. C’est sur le papier donc un album pour fans exclusifs, pour collectionneurs compulsifs et dont le résultat est hétéroclite. Enfin, tout ça serait vrai si Wire était un groupe habituel.
    Parce que Wire est tout sauf un groupe comme les autres. Ne refaisons pas (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

    Parfois la sortie d’un album nous prend par surprise : on ne l’avait pas vu venir, on n’avait pas suivi les annonces.... Parfois, la surprise est même double car on apprend que c’est la "Part 1" et qu’il y aura donc une deuxième fournée, à l’Automne 2019 précisément. C’est le scénario pour ce nouvel album de Foals.
    Car Foals, c’est un groupe qu’on suit désormais sans déplaisir, sachant qu’ils peuvent surprendre, mais on ne les tient plus pour une des meilleures formations de la scène actuelle et on est moins (...)

  • Roger Waters - Is This The Life We Really Want ?

    Ici, on a toujours privilégié la critique et l’analyse plutôt que le versant personnel, on a toujours dit ‘on’ au lieu de ‘je’ mais bon, on a une vision différente pour certains artistes et il est aussi illusoire et inutile de la cacher. Ainsi le premier texte que j’ai écrit sur un album date de 1992 (non, il n’existe plus de trace du méfait) et traitait d’Amused to Death de Roger Waters, grand album au demeurant. L’ancien bassiste de Pink Floyd n’en a d’ailleurs rien sorti depuis, privilégiant de (...)

  • Ride - Weather Diaries

    Le point d’entrée d’un groupe, l’album qui nous l’a fait découvrir, est loin d’être anodin, et conditionne l’image qu’on en aura pour le reste de leur carrière. Quand on découvre leurs débuts, tout va bien, mais il arrive qu’on l’aborde par la bande sans le vouloir. C’est ainsi que j’ai découvert Jesus and The Mary Chain via leur atypique Stoned and Dethroned et Ride à travers Carnival of Lights pour découvrir après que cet album décrié (mais que j’aime beaucoup) était établi bien loin de leur camp de base. (...)