Accueil > Musique > Concerts > Archive, Cirque Royal, 06/04/2011

Archive, Cirque Royal, 06/04/2011

vendredi 8 avril 2011, par Marc

Plat-nant


Un concert d’Archive avec un orchestre au Cirque Royal, c’est un programme qui en jette, non ? Ca faisait un petit temps que je n’étais plus retourné dans cette salle, et la seule fois que j’avais vu Archive, c’était au Pukkelpop de 2004, donc pas exactement hier.

Pour commenter un concert d’Archive, il n’est pas inutile d’avoir une vision sur leur carrière. C’est très subjectif, mais pour moi, ils sont le groupe d’un album, le toujours recommandable You All Look The Same To Me. Et puis ils se sont un peu tassés, sans jamais produire d’albums embarrassants mais sans que ce coup de génie ne soit renouvelé. Les deux albums sortis l’an passé les ont rappelés à notre bon souvenir. D’ailleurs, ils continuent leur parcours, sans coup d’éclat mais suivi par un public fidèle. Et leur concert, c’est un peu pareil, toujours au moins bien, avec quelques éclairs sorti du même album entrecoupés de morceaux très identiques et moins percutants.

Et ils étaient nombreux les fans ce mercredi ensoleillé. Ils ont rempli un Cirque Royal en configuration assise, la meilleure des solutions pour goûter à cette musique. D’emblée, la présence d’une section de cordes complètes se révèle un bon moyen d’obtenir un son soyeux, et leurs mélodies sont toujours imparables, c’est la qualité qui leur permet de ne jamais être anodins. En concert, certains aspects ressortent plus cependant. L’effarante vacuité des textes par exemple, mais aussi une uniformité des morceaux. Le public les reconnait pourtant souvent, mais il faut attendre un grandiose I’m Finding It So Hard (de l’album que vous savez) pour qu’on se souvienne pourquoi ils nous sont chers. Le contrecoup ne se fera pas attendre, retombant dans un calme plat qui contraste avec les attentes d’une audience qui guette la moindre petite montée, la moindre occasion de s’enflammer. Las, elle seront rares ces occasions. Un Bullets tiré de Controlling Crowds incandescent par exemple.

Le chant est toujours très propre, très pro, mais manque parfois d’émotion dans le chef d’une chanteuse qui a une belle voix mais purement décorative. Dans les rappels, leur énorme Again ne reprendra pas ce qui fait le sel de ce morceau, à savoir cette montée en couches successives qui ne relâche pas son étreinte. Une occasion manquée.

Archive est un groupe impeccable, rarement pris en défaut de mauvais goût, mais est tellement lisse que l’émotion ne ressort pas. Ils sont maitres d’une musique au terme désuet, le rock planant, qui se déguste en tapis, mais peine à prendre aux tripes.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Archive, Cirque Royal, 06/04/2011 8 avril 2011 16:52, par Laurent

    Il avaient déjà fait le coup : Cirque Royal, orchestre (l’Ensemble Musiques Nouvelles si je ne dis pas de bêtise), c’était dans le cadre des Nuits du Bota et c’était bien. La peur du déjà vu et surtout le prix de ce concert-ci m’ont dissuadé et je te remercie de ne me faire rien regretter. Depuis que Craig Walker a quitté le groupe, en effet, Archive est un groupe qu’on continue d’aimer mais qu’on écoute un peu trop poliment. Il n’empêche que The Empty Bottle reste une de mes chansons préférées de 2009. Comme quoi ils parviennent encore à épater de temps en temps... en studio, du moins.

    repondre message

  • Archive, Cirque Royal, 06/04/2011 8 avril 2011 19:38, par mmarsupilami

    Oui, sans orchestre, j’aurais fait le même rapport aux dernières Ardentes...
    Tout parfait, tout ennuyant !

    repondre message

  • Archive, Cirque Royal, 06/04/2011 9 avril 2011 13:52, par THiB

    Et bien ca me rassure, je suis à 100% d’accord avec ton avis. Mes amis ayant tous trouvés ca grandiose je me demandais si j’étais passé à coté du concert !!
    La meilleure chose pour résumer mon impression, c’est que Mogwai une semaine plus tôt m’a embarqué et le voyage s’est achevé avec le concert. Ici je me suis senti spectateur du voyage.
    Comme tu as dit beaucoup trop lisse. Et depuis le départ de Craig Walker j’ai un peu l’impression que c’est un très bon cover band mais plus le Archive magique de "You all look the same to me" !!
    Mais bon, pas un mauvais concert non plus.

    repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)