Accueil > Critiques > 2006

Skin : Fake Chemical State

dimanche 4 juin 2006, par Fred


Second album solo de Skin, ex-chanteuse du groupe Skunk Anansie, Fake Chemical State démontre une fois de plus qu’un groupe ne peut se résumer à la voix de sa chanteuse et à ses performances scéniques. On se rappelle très bien de concerts devant des foules enflammées à la fin des 90’s durant lesquels Skin n’hésitait pas à rouler des pelles à des demoiselles du premier rang (ce qui semble avoir donné des idées à Robbie Williams...). Epoque du succès artistique et commercial, époque révolue.
On constate directement que la tournée promotionnelle de cet album sera beaucoup moins glorieuse, le contenu à défendre étant malheureusment un peu maigre.
On ne parlera certainment pas de renouvellement de genre pour Skin mais plutôt même de redite : les chansons les plus bruyantes de l’album rappellent le rock punk agressif souligné de la voix de Skin que pratiquait Skunk Anansie, le brio , l’originalité et le panache en moins. Un pâle copie délavée en somme.
Pire encore quelques chansons lorgnent fortement du côté du pop/rock un peu bâveux tel Fooling Yourself. Amusant un instant mais vite lassant.
Petite éclaircie cependant sur les morceaux plus downtempo, sur lesquels on retrouve mieux la patte de Skin. Ces morceaux gagnent alors en épaisseur. On sauvera donc de la galette Just Let The Sun Shine On Your Face, Movin’, Purple et Nothing But pour l’élan épique et mélodique qui les traverse et leur côté bien plus travaillé que le reste.
Un album qui décoit donc bien plus qu’il n’intéresse et qui n’est pas pret de libérer Skin de l’ombre de Skunk Anansie. (F.)

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)