Accueil > Critiques > 2006

Hot Chip : The Warning

mardi 29 août 2006, par Seb


Attention le nouvel album de Hot Chip arrive. Pas d’inquiétude ce n’est pas de la musique d’Amiga 500 mais celle d’un petit groupe d’Outre-Manche qui se perd entre pop et electro pour résumer.

Connu du grand public grâce au hit que l’on a entendu encore et encore (Over and Over), Hot Chip se révèle plus calme dans l’ensemble.
Si la première plage effraie, c’est normal. L’introduction en rebutera plus d’un. Un beat ultra breaké assez agressif contraste drastiquement avec les voix (op)posées. Quelques passages sans percussion rendent le tout presque digeste. Bref tout ceci n’est guère représentatif de la suite. De fait on nage par la suite dans des rythmes assez légers, bouclés, limite un peu trop simplistes nappés de mélodies gentillettes. Des clochettes rappellent parfois les carillons qui tournaient au dessus de nos têtes lorsqu’on était bébé (Cfr Colours, Look after me ou Won’t Wash). Tout ceci est toujours supporté par une voix féminine (et parfois masculine) qui donne aux morceaux tout leur sens. On assiste néanmoins à quelques soubresauts des bpms avec Boy From School ou Arrest Yourself mais n’y cherchez pas le futur dance floor killer.

Musicalement et techniquement, pas de révolutions à l’horizon. On est plus en présence d’un album d’une bande de potes qui s’amuse sans chercher la complication. Néanmoins la sauce pop/electro prend bien mais j’avoue me lasser avant la fin de l’album.

Toutes ces bases sont surtout le terrain propice aux remixeurs du genre pour s’en donner à coeur joie comme DFA (comme par hasard) avec Just Like We, Erol Alkan avec Boy from School ou bien encore le très bon Solid Groove remix de Over and Over.

Bref, un album à savourer au coin de la piscine un cocktail maison à la main, après un nuit qui s’est terminée aux aurores. (Seb)

    Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)