Accueil > Critiques > 2006

Therapy ? : One Cure Fits All

mardi 6 juin 2006, par Fred


Dix ans (douze pour être précis) ! Voilà ce que l’écoute de ce disque m’a fait perdre. Depuis le brûlot Troublegum et le fascinant Infernal Love, plus de 10 ans ont passé et Therapy ? est toujours là.

Le line-up est stabilisé depuis déjà quelques années autour de l’essentiel, Andy et Michael, qui n’ont jamais quitté leur poste respectif à la guitare/chant et à la basse. 10 ans durant lesquels Therapy ? a continué son chemin en douceur loin des feux de la rampe sous lesquels ils n’ont finalement été que le temps de 2 albums. 2 Albums, une parenthèse pour un groupe (et ses fans), qui nous livre ici son 11eme album studio (Best Of exclu).
Après avoir prêté une écoute distraite aux deux précédents albums, donnant tous deux une impression de power rock quelque peu caricatural, le son de cette album séduit d’emblée car il rappelle le meilleur des oeuvres passées du groupe.

Sprung, Rain Hits Concrete et Our White Noise reprennent l’essence du son du groupe, avec des paroles simples scandées autant que chantées soutenues par des riffs basiques mais efficaces, une basse en béton armé et un jeu de batterie energique et touffu (d’un autre côté, ils ne peuvent pas non plus faire autrement à 3...). Le tout avec toujours cette once de noirceur même sur les paroles les plus optimistes.
Deluded sonne quant à lui plus comme un morceau de l’album Semi-detached, du rock up tempo aux sonorités plus claires. Dopamin, Serotonin, Adrenalin par contre présente un écart intéressant aux schémas de composition du groupe et apporte des sons plus clairs, et des notes plus positives par moment.

Au final, voici un album qui rappelle beaucoup de bons souvenirs et qui se montre rafraichissant et consistant dans cette epoque de revival 80’s. Therapy ? est resté lui-même et rempli une fois de plus son contrat, sans comprimis comme à l’habitude, mais avec probablement plus de classe et de panache que sur les deux précédentes livraisons. Une bonne surprise donc, bien que ceux qui ne connaissent pas encore Therapy ? préfèreront certainement les découvrir sur des oeuvres qu’on peut jugées plus indispensables avec le recul, telles que Infernal Love ou Suicide Pact- You first. (F.)

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Izzy and The Black Trees - Come On Test The System (EP)

    Notre groupe polonais préféré est de retour et il n’a rien perdu de ses qualités. Pourquoi on apprécie tant ce groupe dans un genre (le rock à guitares) qu’on écoute finalement peu ? Sans doute la propension à exploser quand il faut et rentrer les griffes pour un effet maximal.
    Et puis surtout il y a la présence vocale d’Izabela "Izzy" Rekowska, et puis cette flexibilité qui va de l’indispensable (...)

  • CxK - Castèls dins la luna

    Si le rock en français apparaît déjà comme incongru à certains, il y a des formations qui poussent encore plus loin le curseur, s’exprimant dans des idiomes régionaux. Après le gallois de Gwenno ou le basque d’Orbel, voici l’occitan de CxK. Partant du principe que seule une infime minorité du public potentiel sera à même de comprendre le propos, on va s’attarder sur la musique.
    Et cet aspect-là est une (...)

  • Pamplemousse – Think of It

    Quoi de plus trompeur qu’un nom de groupe et une provenance ? Pamplemousse est un duo qui vient de la réunion mais ce que vous entendez sur ce second album n’est pas très ensoleillé. Par contre, le label A Tant Rêver du Roi a plus de références dans le son râpeux et/ou aventureux (La Jungle, Kitch, Dewaere, Cosse, Coddiwomple, Pyjamarama...) et c’est par ce biais-là qu’on peut faire la connaissance du (...)

  • Izzy and The Black Trees - Revolution Comes in Waves

    Si la Pologne ne nous évoquait pas nécessairement de frissons musicaux, la découverte d’Izzy and The Black Trees avait changé la donne. On avait en effet décelé sur le premier album le haut patronage de Patti Smith ou PJ Harvey et on avait tout de suite apprécié. Ce second album ne fait que confirmer les belles dispositions, avec un virage vers une tension post-punk qui ne pourra pas déplaire, au (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)