Accueil > Critiques > 2007

Cinematic Orchestra - Ma Fleur

mercredi 18 juillet 2007, par Paulo

"C’est de toute beauté !"


The Cinematic Orchestra, groupe au nom évocateur et pourquoi pas emblème d’un genre : la musique cinématique. [1]
Cette musique est une sorte de synthèse et d’évolution entre easy-listening, jazz, trip-hop et doit représenter (figurativement) tout un pan de mur dans la discothèque du label Ninja Tune. On pourrait citer Bonobo d’une part et Amon Tobin de l’autre pour décrire ce genre - lieu commun de multiples influences -.

A l’origine de The Cinematic Orchestra, un employé du label responsable des ventes à l’exportation Jay Swinscoe qui faisait de la musique pendant son temps libre. Ainsi devenu leader d’un groupe de "jazz", le premier album "Motion" eut un succès certain auprès des "connoisseurs" du style, ce qui leur valut une signature sur Ninja Tune...

Un long chemin parcouru jusqu’aujourd’hui, fait de projets et d’albums, The Cinematic orchestra revient avec cet album "Ma Fleur". Sans artifice, plus épuré qu’auparavant, The Cinematic Orchestra signe ici un disque qui a les qualités de ses défauts, pas perturbant l’album se laisse écouter voir se laisse passer, idéal pour les fonds sonores. Une écoute plus attentive fait remonter quelques joyaux :
Tout d’abord le couple That Home/To Build a home et son chanteur Patrick Watson. Etrange le grand écart que fait ce bonhomme entre Ninja Tune et Grey’s Anatomy, série pour laquelle la chanson The Great Excape de son excellent album "Close To Paradise" est créditée.
Ensuite pour les deux autres chanteuses de l’album : Lou Rhodes Time And Space, qui n’est autre que la moitié de Lamb - sa voix chaude et la période trip hop se rappelle à notre bon souvenir - , et Fontella Bass Familiar Ground, authentique diva 60s de la soul et du jazz revient après une précédente collaboration sur Everyday (2002)

Pour l’avoir vu en live, The Cinematic Orchestra est un véritable groupe de jazz, on préfèrera les performances en petite salle plutôt qu’en festival toutefois. Ma Fleur est plus beau que bon, il y a certaines longueurs, notamment dans le jeu de guitare Music Box, et l’ensemble n’offre pas une dynamique suffisante si c’est ce que l’on recherche. Néanmoins, on a la constante impression d’écouter et de toucher quelque chose de beau et en soi, c’est satisfaisant. Ajoutons à cela la découverte fortement recommandée de Patrick Watson, et on penserait presque qu’il est indispensable.

http://www.myspace.com/thecinematicorchestras
http://www.myspace.com/patrickwatson
http://www.myspace.com/lourhodes http://www.myspace.com/fontellabassandthevoicesofst

    Article Ecrit par Paulo

Notes

[1Notez que le mot n’est joli que pour les langues différentes de l’anglais, en effet celui-ci signifie tout bonnement dans la langue de Shakespeare "cinématographique".

Répondre à cet article

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)