Accueil > Critiques > 2007

Cinematic Orchestra - Ma Fleur

mercredi 18 juillet 2007, par Paulo

"C’est de toute beauté !"


The Cinematic Orchestra, groupe au nom évocateur et pourquoi pas emblème d’un genre : la musique cinématique. [1]
Cette musique est une sorte de synthèse et d’évolution entre easy-listening, jazz, trip-hop et doit représenter (figurativement) tout un pan de mur dans la discothèque du label Ninja Tune. On pourrait citer Bonobo d’une part et Amon Tobin de l’autre pour décrire ce genre - lieu commun de multiples influences -.

A l’origine de The Cinematic Orchestra, un employé du label responsable des ventes à l’exportation Jay Swinscoe qui faisait de la musique pendant son temps libre. Ainsi devenu leader d’un groupe de "jazz", le premier album "Motion" eut un succès certain auprès des "connoisseurs" du style, ce qui leur valut une signature sur Ninja Tune...

Un long chemin parcouru jusqu’aujourd’hui, fait de projets et d’albums, The Cinematic orchestra revient avec cet album "Ma Fleur". Sans artifice, plus épuré qu’auparavant, The Cinematic Orchestra signe ici un disque qui a les qualités de ses défauts, pas perturbant l’album se laisse écouter voir se laisse passer, idéal pour les fonds sonores. Une écoute plus attentive fait remonter quelques joyaux :
Tout d’abord le couple That Home/To Build a home et son chanteur Patrick Watson. Etrange le grand écart que fait ce bonhomme entre Ninja Tune et Grey’s Anatomy, série pour laquelle la chanson The Great Excape de son excellent album "Close To Paradise" est créditée.
Ensuite pour les deux autres chanteuses de l’album : Lou Rhodes Time And Space, qui n’est autre que la moitié de Lamb - sa voix chaude et la période trip hop se rappelle à notre bon souvenir - , et Fontella Bass Familiar Ground, authentique diva 60s de la soul et du jazz revient après une précédente collaboration sur Everyday (2002)

Pour l’avoir vu en live, The Cinematic Orchestra est un véritable groupe de jazz, on préfèrera les performances en petite salle plutôt qu’en festival toutefois. Ma Fleur est plus beau que bon, il y a certaines longueurs, notamment dans le jeu de guitare Music Box, et l’ensemble n’offre pas une dynamique suffisante si c’est ce que l’on recherche. Néanmoins, on a la constante impression d’écouter et de toucher quelque chose de beau et en soi, c’est satisfaisant. Ajoutons à cela la découverte fortement recommandée de Patrick Watson, et on penserait presque qu’il est indispensable.

http://www.myspace.com/thecinematicorchestras
http://www.myspace.com/patrickwatson
http://www.myspace.com/lourhodes http://www.myspace.com/fontellabassandthevoicesofst

    Article Ecrit par Paulo

Notes

[1Notez que le mot n’est joli que pour les langues différentes de l’anglais, en effet celui-ci signifie tout bonnement dans la langue de Shakespeare "cinématographique".

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)