Accueil > Critiques > 2013

Sarah Neufeld - Hero Brother

mercredi 11 septembre 2013, par marc

Intime violon


La force d’un collectif peut aussi venir de la créativité de ses membres. Radiohead en est une belle illustration. En marge de l’habituelle escapade solo du chanteur, il y a les impeccables et tourmentées bandes-son de Johnny Greenwood mais aussi les très délicats albums folk du batteur Philippe Selway. Le cas d’Arcade Fire n’est pas trop différent, même si le casting plus large permet dès le départ plus de variations. C’est donc de la violoniste de ces derniers dont il s’agit aujourd’hui.

Il faudra quand même prévenir les amateurs occasionnels du big band de Montréal qu’on n’en retrouve pas du tout le côté spectaculaire. Par contre, les habitués du label Constellation (sur lequel sort cet album) trouveront tout de suite leurs marques. On verra la place qui lui est dévolue sur le prochain album d’Arcade Fire, mais au vu du seul titre disponible à l’heure actuelle et sachant que c’est James Murphy qui produit, on devrait logiquement s’éloigner de la musique plus ‘organique’ des débuts.

Est-ce cela qui a déclenché l’envie de Sarah Neufeld ? L’intéressée avoue en tous cas vouloir explorer sa relation avec le violon et ‘développer les graines de morceau qu’elle avait en elle’. C’est vrai que cet instrument peut présenter une belle gamme de variations, et que sa maîtrise n’est plus à prouver. Hero Brother est l’album solo d’une violoniste qui fonctionne seule, ne s’entoure pas de tonnes de boucles pour donner l’impression d’un orchestre et n’utilise sa voix que comme un prolongement de son instrument.

Cet album est donc logiquement moins proche de ce qu’on a entendu d’elle avec Bell Orchestre, son autre formation instrumentale où elle côtoie Richard Parry du groupe-que-vous-connaissez. Tout au plus s’en rappelle-ton quand un peu de rythme vient secouer gentiment la plage titulaire. Pour le reste, c’est un violon seul qui s’exprime. Le résultat est bien moins mélodique de ce que peut en faire un Yann Tiersen occasionnellement, et est bien plus aride. On peut aussi évoquer le travail de notre compatriote Catherine Graindorge (Nox).

Vous êtes fans du rock héroïque d’Arcade Fire, vous voulez une bonne dose d’envolées lyriques au violon, une luxuriance roborative ? Passez votre chemin. N’entrez que si vous avez envie de partager avec cet artiste douée quelques moments de réflexion et d’intimité portés par un violon complice.

http://sarahneufeldmusic.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Sarah Neufeld - Hero Brother 15 septembre 2013 08:39, par Laurent

    J’aime beaucoup ta-théorie-procès-d’intention sur ce qui aurait poussé la Sarah à cette anecdotique escapade. Après, j’aime aussi beaucoup le fameux titre Reflektor (à la 7e ou 8e écoute). Et l’album de la violoniste ? Euh...

    À plus, Marc !

    repondre message

    • Sarah Neufeld - Hero Brother 16 septembre 2013 08:51, par marc

      C’est clair que le risque n’est pas mince d’oublier cet album prochainement. Dans la série ’les-violonistes-des-groupes-canadiens-sur-Constellation’, le dernier Esmerine est plus consistant.

      Je dois dire que je suis assez curieux d’entendre l’album d’Arcade Fire, de voir où ils vont aller...

      A bientôt dites

      repondre message

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)