Accueil > Critiques > 2014

Conor Oberst - Upside Down Mountain

mercredi 28 mai 2014, par marc


Et voici donc le retour de Conor Oberst en tant que lui-même. Pas Monsters Of Folk, pas Bright Eyes, pas de Mystic Valley Band non plus, rien que Conor. Enfin, il n’est pas si seul que ça puisqu’il est produit par l’excellent Jonathan Wilson qui en marge de sa belle discographie met en son les albums des autres dont Father John Misty.

Les gens de talent ne font pas que des albums géniaux. Si vous connaissez bien la discographie de Bob Dylan, cette affirmation aura tout son sens. Mais on ne jugera jamais sa discographie à l’aune de ses scories. Même s’il n’a pas une carrière d’un demi-siècle derrière lui, le productif Conor Oberst a toujours su parsemer ses sorties de petites pépites qui font qu’on revient invariablement vers lui.

Sur celui-ci, on épinglera donc Artifact#1 qui rappelle à quel point il reste un grand mélodiste. Après un démarrage un peu passe-partout, l’album prend un peu de hauteur. Et puis il y a ces chansons simples qui semblent avoir toujours été là comme You Are Your Mother’s Child.

Cet album est aussi moins acoustique que son unique exercice solo. Mais n’attendez pas de vrombissement à part les 30 dernières secondes de Zigzagging Toward The Light. Il comporte aussi des morceaux très très légers et ensoleillés comme Hundred Of Ways mais ce n’est pas ce qu’on lui préfère. Dans l’absolu ce n’est pas indigne mais quand il se retrouve juste avant le déjà cité et marquant Artifact#1 ou des paroles aussi youplaboum que Freedom is the opposite of love/You never keep it through the paranoia ou bien There’s no dignity in love/Trade every scrap to get some absolution (Lonely at the Top malheureusement noyé de slide), on se dit que cet accès de bonne humeur est presqu’incongru.

Si un jour on fait une compilation de toutes les merveilles commises par Conor Obest, la liste sera longue et quelques perles de cet album-ci devront y figurer. Par contre, ça fait un petit temps qu’il n’arrive plus à maintenir ce niveau (fort élevé convenons-en) sur la longueur d’un album. Il n’en reste pas moins que la versatilité de celui-ci en fait un album bien agréable qui peut passer la surmultipliée à l’occasion.

http://www.conoroberst.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)