Accueil > Critiques > 2014

The New Pornographers - Brill Bruisers

mardi 16 septembre 2014, par marc


Le tout est-il supérieur à la somme de ses parties ? C’est une question embarrassante que l’examen du cas de The New Pornographers ne permet pas de trancher définitivement. La longévité du groupe de Vancouver, qui maintient allumée la flamme délicieusement surannée d’un supergroupe (surivance aujourd’hui essentiellement canadienne) depuis 14 ans est en tout cas remarquable, et malgré une approche prudente et même décevante, leur dernier album marque même un regain de forme sensible.

Qui dit supergroupe dit membres qui ont d’autres carrières sur le côté, et union de forces pour faire quelque chose de différent. Dans le cas qui nous occupe, les personnalités sont tout de même très marquées et assez faciles à discerner. Reconnaitre les voix par exemple ne réclame aucun effort particulier.

Commençons par celui dont la carrière solo est la plus discrète, A.C. Newman. Quand il chante, la ressemblance avec James Mercer (The Shins) ne m’avait jamais troublé autant. Mais dans le genre, c’est une référence plutôt flatteuse qu’on retrouve au détour d’Hi-Rise. Les autres locomotives sont a priori à contre-emploi vu que la gaudriole ne fait pas partie de l’univers de Neko Case ou Dan Bejar. Pourtant, ce ton plus enjoué va très bien à la voix de Neko Case (Champions of Red Wine).

On a déjà évoqué l’attachement qu’on a pour l’œuvre de Dan Bejar dans Destroyer et on retrouve ce décalage sur War On The East Coast ou Born With A Sound ou son ton unique apporte un décalage sans jamais paraître incongru. Surtout quand sur ce dernier morceau il associe sa voix à celle de Case. On reconnait donc la patte des trois songwriters tout en préservant une certaine unité d’ensemble.

J’ai bien failli abandonner bien vite la partie et j’ai eu vraiment raison de m’accrocher. Il a fallu que les pièces du puzzle semblent se mettre en place. Les morceaux a priori moins marquants comme Backstairs sont abordés franco, et ça rend l’écoute intégrale de l’album bien gratifiante. De plus, les morceaux positifs ne sont pas neuneus. You Tell Me Where par exemple attaque vite et bien. Pour que le genre marche, il faut de l’engagement et des morceaux pas exagérément alambiqués. The New Pornographers a retrouvé ce qu’il manquait à Together, une immédiateté et une envie communicative qui finissent pas emporter l’adhésion.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)