Accueil > Critiques > 2023

Max Darmon – La Grande Aventure (EP)

mercredi 5 avril 2023, par marc


Quand on lit dans un dossier de presse des références à Biolay ou Daho, on sourit souvent. Mais pas ici, cette filiation revendiquée est légitime. Qui mieux est, ce qu’on n’entend n’est nullement un succédané de ces intouchables. Certes, on peut occasionnellement trouver des ressemblances avec Biolay quand le texte est déclamé (La Grande Aventure ou Allez Viens). On avait déjà décelé ça chez Benjamin Schoos par exemple mais ceci est moins romantique, plus touchant aussi.

Prendre un peu le large est la prochaine étape. Parce que pour le reste tout est là, à commencer par une force de frappe de premier ordre et des morceaux solides qui n’ont pas à rougir face à ceux de ronflantes références. Son truc, c’est plus la densité (La Grande Aventure). Si ceci est un début en tant qu’artiste solo, Max Darmon est un bassiste chevronné et la finition de ces morceaux est exemplaire, preuve que ce n’est pas l’œuvre d’un débutant.

A quoi ça tient, aux petites différences, au look, à l’ingrédient secret. On n’écoute pas des artistes parce qu’ils ont du succès mais parce qu’ils nous parlent. Et c’est vraiment le cas de Max Darmon qui aligne ici six morceaux impeccables et à découvrir.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Max Darmon – La Grande Aventure (EP) 9 avril 2023 11:28, par Laurent

    Ah oui, mais c’est-à-dire que là, la comparaison avec Biolay est pour ainsi dire fatale. Ça risque de le poursuivre toute sa carrière, ce garçon. Le mimétisme est fou par moment. Supposons - je ne le souhaite pas - que Biolay passe l’arme à gauche prochainement, on tient son Jean-Baptiste Guégan.

    repondre message

    • Max Darmon – La Grande Aventure (EP) 12 avril 2023 07:27, par Marc

      Haha, Jean-Baptiste Guégan, la comparaison est hardie. On va dire que c’est un premier EP qui montre clairement ses influences... De quoi faire des premières parties intéressantes sans doute.

      repondre message

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)