Accueil > Critiques > 2023

Fabien Martin - Je ne fais que marcher dans la montagne

vendredi 17 novembre 2023, par marc


Non, sincèrement, il en reste encore beaucoup des chanteurs français à découvrir ? Entre Max Darmon, Acquin ou Prattseul, cette année a été riche en rencontres. On ne va pas s’en plaindre, c’est certain, parce que la connivence s’est établie assez vite.

Evidemment, on a pensé tout de suite à Florent Marchet pour cette propension à mêler morceaux avec récitatifs et ’vraies’ chansons. Disons-le aussi, on n’est pas aussi retournés à l’écoute de Je Ne Fais Que Marcher Dans Les Montagnes. Ce qui peut aussi être vu comme une bonne chose. Mais ces passages déclamés restent poignants parce que l’illusion de vérité est assez bluffante au détour des Mémos Vocaux, Garçon au Cerveau Abîmé ou Sous L’Eboulis. On dit ’illusion’ parce que ceci est une création artistique et si on devine un fonds autobiographique, c’est la sensation de naturel qui s’impose.

Pour ce qui est des morceaux plus ’classiques’, on trouve vite ses préférés avec Je Ne Fais Pas Que Marcher Dans Les Montagnes (avec Jil Caplan) ou la grosse mélancolie qui déboule en même temps qu’Ours sur Dans Ma Boîte Noire. Tant qu’on en est à évoquer les collaborations, notons la présence de Jeff Hallam sur I Want a Lover. On retrouve donc avec plaisir l’ancien bassiste de Dominique Aqui enchantait nos oreilles et nous gratifiait d’une gestuelle assez particulière.

Au final, c’est l’empathie (ou son absence) qui vont décider de votre attachement à cet album. Pour notre part les récitatifs nous ont aidé à rentrer dans cet univers si humain, on espère que ce sera le cas pour vous aussi.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)