Accueil > Musique > 2014 > Snowden - No One In control

Snowden - No One In control

lundi 13 octobre 2014, par Marc


J’ai d’une manière générale respect et admiration pour les artistes et une affection toute particulière pour ceux qui me touchent sans connaitre l’immense renommée qu’ils me semblent mériter. Parfois même des anecdotes viennent encore renforcer ce lien. Ainsi, Snowden avait littéralement bravé la montagne et la neige pour assurer un set à minuit un jour de semaine. ll y avait à l’affiche ce soir-là Malajube et un groupe du coin qui n’avait que trois morceaux sur son Myspace (oui, c’était il y a longtemps), Fleet Foxes. Belle époque quand j’y repense (j’ai raconté ça ici).

Il y a quelques années, le nom de Snowden évoquait un groupe d’Atlanta quand Anti Anti a eu un petit succès critique. Ou plutôt, comme peu de monde ne le connaissait, n’évoquait pas grand’chose. Depuis évidemment, le patronyme est celui du geek libertaire le plus connu de la planète. Sans doute que ça n’a rien à voir avec la sortie vraiment discrète de ce second album. Et malgré ça, j’avais bien identifié l’EP Soft Syrup mais pas du tout vu passer cet album sorti en 2013. Les 5 titres de l’EP figurent d’ailleurs ici, dans des versions légèrement différentes. Le label qui sort tout ça est Serpents & Snakes, fondé à Nashville par les Kings of Leon pour promouvoir les artistes en qui ils croient.

Et les raisons de croire en Jordan Jeffares, le seul auteur à la manœuvre ici sont légion et elles n’ont pas changé. No One In Control est en tous cas parfaitement maitrisé, et propose déjà une montée. Il faudra aussi patienter un peu pour retrouver une intensité équivalente aux puissants Counterfeit Rules ou Black Eyes. Cette musique reste discrète, un peu distante. C’est ce qui peut susciter des rapprochements avec le mouvement post-punk et cold. Mais ce n’est pas que ça, la discrétion et l’intime font partie de son âme, et on y plonge moins facilement, que, disons, chez The XX. Mais la fin de Not Good Enough s’approche pourtant pas mal des climax discrets du passé. So Red aussi présente ces mêmes plaisirs

La voix et le ton un peu distants de Jeffares semblent porter toute la lassitude du monde, pourtant cet album est absolument tout sauf geignard et il porte en lui une énergie communicative. L’aspect noisy/shoegaze des concerts par contre n’est pas visible, c’est une source d’énergie qu’ils réservent à la scène, même si on retrouve un peu de distorsion de bon aloi sur le plus lent No Words No More. Il reste cependant toute cette lourdeur qu’on aime sur The Beat Comes ou encore le lancinant Keep Quiet.

Il semblerait que cet album n’ai pas eu un écho énorme et c’est évidemment dommage. Mais c’est cette discrétion, cet effacement qui paradoxalement rend cette musique si différente, si touchante. No One In Control semble porter tout le poids du monde mais on sent qu’il s’agite, qu’il convoque de la distorsion pour le plaisir de ceux qui y prêteront l’oreille. Snowden produit des merveilles mais n’assure pas la livraison, à vous d’aller chercher ces pépites comme j’ai eu le plaisir immense de les trouver.

http://www.snowden.info/blog/

Article Ecrit par Marc

P.-S.

Dans les membres de la même promotion, I Love You But I’ve Chosen Darkness revient également.

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)