Accueil > Critiques > 2014

Stars - No One Is Lost

samedi 20 décembre 2014, par marc

La fièvre du soir sous la couette


Difficile au final de cerner complétement Stars. Intenses et personnels sans vraiment être flamboyants, ils semblent évoluer maintenant vers le dancefloor. Ou plutôt, ses abords, pour ceux qui restent assis et tentent des chorégraphies de tête et de battement de pied. A ceux-là, From The Night offrira une belle opportunité.

Le premier morceau est d’emblée plus discoïde et la pochette un peu flash mais il ne faut pas pour autant se laisser distraire. C’est peut-être à un samedi soir qu’ils nous convient, mais la fièvre est sans doute moins celle qui fait transpirer sur la piste de danse que celle qui nous maintient sous la couette avec un grog.

Parce que les moments les plus convaincants ne sont pas nécessairement ceux qui sont le plus remuants. Il faut parfois choisir son camp. No One Is Lost est une chanson dance un peu pas top mais qu’ils pensent transcender d’un ‘Put your hands up/cause everybody dies’. Un peu trop propre sur soi pour vraiment être dansant.

Turn It Up envoyé en éclaireur était donc le meilleur morceau de cet album. C’est là qu’ils déploient leur spleen assez irrésistible, leur ouate sonore bien dense. Et quand ils sont plus directs, on les préfère dans un registre de rock propre comme le bien envoyé This Is The Last Time ou Are You OK ? qui pourrait provenir de leurs amis de Metric. Ils ont aussi gardé quelques jolis moment comme la fin de What Is It To Be Done ? où ils chantent à deux pour notre plaisir. D’ailleurs, c’est la première fois que je fais le rapprochement entre les voix d’Amy Millan et Nina Persson. C’est pourtant très marquant sur No Better Place.

Finalement, c’est un album plutôt classique en leur chef, avec quelques morceaux au groove discret qui ne sont toujours pas ce que je préfère et une intimité confortable qu’on apprécie toujours autant. Chez eux, la flamboyance n’est que de surface et on les soupçonne de forcer leur nature pour la montrer.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)