Accueil > Critiques > 2005

Soulwax : Nite versions

vendredi 11 août 2006, par Fred


Rappelez vous il y a de cela 6 mois, on vous disait à quel point nous avions été déçu par le nouveau Soulwax (groupe rock Belge pour ceux qui ne suivraient pas). Par contre, nous vous avions souvent parlé en terme élogieux des 2 many DJs, remixers fous, composés des frères Dewael. Et bien il était temps que les hémisphères droits et gauches des gantois se retrouvent dans un même studio pour nous revoir leur dernier album studio par le bout de la lorgnette electro.

Voici donc l’objet du délit, un album 10 pistes qui s’ouvre sur Teachers, longue énumération d’artistes, qui enchaîne sur un Miserable girl sous acide qui envoi la version originale pourtant assez réussie au rebut.
Et ainsi de suite pour toute une série de morceau qu’on avait trouvé charmants mais beaucoup trop propres pour du rock ou beaucoup trop faiblard pour de l’electro, ceux-ci sont ici transformés en machines à faire danser. D’autres morceaux sont par contre tout à fait « neufs » (en tout cas ne proviennent pas de Any minute…) et nous emmènent dans des voyages techno-rétro allant de Jarre à Kraftwerk.

Pour peu, on se croirait dans une certaine boiler room.
A conseiller à ceux qui n’avaient pas été convaincu par Any Minute Now ou tout simplement aux fans de musique électronique qui se demandent ce que peuvent faire les Soulwax sans platines et sans guitare mais avec un ordinateur, un séquenceur, des claviers et des synthétiseurs, beaucoup de synthétiseurs…(F.)

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • Isbells - Basegemiti

    Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de (...)