Accueil > Musique > 2016 > King Creosote - Astronaut Meets Appleman

King Creosote - Astronaut Meets Appleman

vendredi 23 septembre 2016, par Marc


La prolixité d’un auteur peut être un obstacle à sa visibilité. Le cas de l’Ecossais Kenny Anderson est assez exemplaire de ce point de vue. Alors qu’on lui attribue une quarantaine d’albums, il semble n’en avoir jamais assez. Même si on a été plus que séduits par sa magnifique collaboration avec Jon Hopkins ou son album d’il y a trois ans, on est depuis passés à côté de plein de choses de sa part, sans doute délectables. C’est comme ça, on regrette rarement de rater un métro s’il y en a plein dans la foulée mais ici, quand on raccroche le train (ou le métro, donc) la gratification est tellement immédiate qu’on regrette en fait d’avoir manqué autant d’épisodes.

Mais comme il revient tel qu’en lui-même, on se doute donc qu’on n’a pas manqué beaucoup de brusques revirements. Sa spécialité, ce n’est pas la perle pop compacte, c’est le morceau qui vous prend et qui ne vous lâche plus, longtemps s’il le faut. Le premier (c’est celui de la vidéo ci-dessous) monte déjà et on pourrait s’arrêter là tant on se laisse porter par ce morceau ample et doux, qui convoque toute la panoplie (claviers, guitares, chœurs, harpes et tout et tout) et semble déjà nous border. Il ne nous lâchera plus donc, et après quelques progressions d’accord de Melin Wynt, on sait qu’on n’en sortira plus.

Oui, il est fièrement Ecossais. Son album récent From Scotland With Love en a récemment témoigne et la cornemuse est décidément un bel instrument qui trouve ici une place à sa mesure. Comme les cuivres chez Beirut ou Calexico, elle trouve ici des morceaux pour s’épanouir. On la retrouvera plus tard pour relancer Surface, morceau au son dense comme un gros cake

Sa voix particulière apporte une dose d’intimité et de fragilité à une musique qui elle semble solide mais pas formatée. Et elle se fond bien dans sa versatilité. Parce qu’après un début d’album en mode majeur, il se calme un peu, préférant prendre des chemins jolis sans être poignants (imparable Betelgeuse). S’il ne se loupe jamais, on constate peut-être un peu moins de variété et de constance que sur That Might As Well Be It, Darling. Tout est relatif évidemment vu le niveau moyen. Il prend congé de nous par un morceau assez hors-format (justement nommé The Long Fade). Il s’en sort toujours bien, parce qu’on n’a jamais l’impression qu’il rallonge la sauce mais qu’il continue sur son élan.

La multiplication des sorties ne fatigue donc pas King Creosote, et il maintient sans effort apparent son niveau, celui d’un des artistes majeurs et méconnus d’une pop luxuriante.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)