Accueil > Musique > 2017 > The New Pornographers - Whiteout Conditions

The New Pornographers - Whiteout Conditions

vendredi 12 mai 2017, par Marc


L’avantage d’un super-groupe est que la défection d’un membre ne remet pas tout en question. On le rappelle, un super-groupe est constitué de membres déjà reconnus. Il faut donc un peu relativiser dans le cas qui nous occupe. Si Neko Case a une certaine notoriété outre-Atlantique, ce n’est pas vraiment le cas ici. A.C. Newman qui est le leader informel n’a que peu d’activité autre. On peut ajouter les sympathiques exercices solo de Katryn Calder mais là non plus ce n’est pas le smash absolu. Et enfin, Dan Bejar est très réputé en tant que Destroyermais voilà, il n’est pas présent ici.

Ses interventions étaient d’ailleurs assez remarquables, son ton et son écriture étant immédiatement identifiables. Mais il faut être honnête, si on l’adore par ailleurs, cet album a une force qu’on n’a pas retrouvé à une telle constance chez eux. Personne d’autre ne fait de la musique pop de la sorte de nos jours, rares sont ceux qui arrivent à rester légers et enlevés à la fois.

Qu’est-ce qui changedès lors ? Pas énormément sans doute, mais on décèle une envie renouvelée, la voix de Neko Case quand elle pousse sur Play Money ou qu’elle s’accorde avec celles de Newman et Calder. On ne peut pas non plus parler de chanteurs qui prennent successivement le devant de la scène, l’esprit collectif est plus poussé que ça et c’est ce qui rend ce projet intéressant et pas un délassement de célébrités.

Ce qui manquerait si on voulait faire un reproche à tout prix, c’est qu’il n’y a peut-être pas le single-qui-tue-sans-faire-de-doute. En tant qu’amateur d’albums d’une manière générale, je ne peux pas dire que c’est un manque réel. Et puis c’est sans doute l’album le plus constant du groupe de Vancouver, et par là peut-être leur meilleur. Signalons le bien dense et riche Whiteout Conditions et les mélodies fortes de This Is The World Of The Theater ou Avalanche Alley. Certes, Dan Bejar apporte beaucoup à la formation par son esprit tordu mais il faut être honnête aussi, l’album gagne en cohérence ce qu’il aurait pu perdre en fulgurance.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)