Accueil > Musique > 2019 > The Man From Managra - King Time

The Man From Managra - King Time

lundi 29 avril 2019, par Marc


Le cerveau humain est comme ça, il cherche toujours à retrouver du connu dans le nouveau. Et cette quête est encore exacerbée quand on bute sur la comparaison pourtant flagrante. On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait des symphonies de poche de The Man From Managra et il semble que son nouvel album ne va pas nous voir tiédir l’enthousiasme.

Et on a tout de suite identifié le lien de parenté avec les premiers Get Well Soon qui ne peut que nous plaire (In The Light Of Things). Par ricochet, on peut aussi établir un lien avec les Pulp plus tardifs. Set Sail ou Your Wrong Adress auraient pu se retrouver sur le très sous-estimé dernier album de ce groupe maintenant culte. Une fois qu’on a établi ça, on retourne à l’album, à ses richesses et à sa déconcertante facilité à empiler les écoutes.

Fort heureusement, ce que propose le Grec Coti K (oui, c’est sur Inner Ear) n’est pas du domaine du pastiche, mais propose simplement de se glisser dans le sillage de choses qu’on aime tant (ajoutons Flotation Toy Warning ou Black Heart Procession pour faire bonne mesure) en proposant de grands morceaux de pop douce-amère (Set Sail) et orchestrée. De plus, le tout est plus (faussement) enjoué que tout ce qu’a pu produire la bande de Konstantin Gropper, n’hésitant pas à jouer avec des fleurs dans les cheveux (All resistance Is Futile).

On applaudira ici encore les chœurs féminins ou les cuivres sur In The Light of Things ou les très bonnes mélodies pour bien faire passer le tout (Here Are We Now). Encore une fois donc, l’équilibre trouvé par The Man Of Managra est exquis, entre orchestrations subtiles et grande facilité. Quand on pratique un genre qui compte autant d’artistes majeurs, il faut ce talent-là pour s’imposer.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)