Accueil > Critiques > 2006

Marissa Nadler : Ballads of Living And Dying

jeudi 24 août 2006, par marc


Des années que je n’avais plus entendu ça. Bien sûr, il y a les Feist, Coco Rosie et autres Kelly deMartino ou Emiliana Torrini, mais ça restait dans le folk gentil, même si souvent inspiré. Ici, je me vois projeté dix (quinze ?) ans en arrière. Car c’est du côté des moments apaisés des par ailleurs terroristes sonores Current ’93 (l’album Thunder perfect mind) ou Death in June que cet album me renvoie.

Marissa n’est pas une rigolote, mais sa voix réchauffe. Voici en tous cas mon premier coup de coeur de 2006 et la certitude de passer le reste de l’hiver au chaud. Evidemment, c’est un rien austère mais moins que du Dead Can Dance. Il est possible de tout de suite être séduit par cette voix céleste. Bon, il faut une inclination à la mélancolie sobre qui n’est pas partagée par tous. En tant qu’amateur de spleen musical, je passe vraiment un bon moment.

Toutefois, la formule arpège de guitare acoustique/voix est par trop répétitive pour que la distinction entre les morceaux se fasse dès les premières écoutes. Cependant, il y a tellement de réussites (le très Joan Baez Bird song, les beaux Virginia et Annabelle Lee) qu’on ne trouvera pas le temps long. La légère touche d’accordéon qu’elle se permet (Hay tantos muertos) parfois casse la monotonie. On peut en dire autant du banjo de Days of Rum. Seule la voix définitivement trop différente de celle de David Eugène Edwards empêche de pousser plus loin la ressemblance avec Woven Hand.

Les paroles sont assez fortes dans leur genre (I’m going to tell everybody that I’m glad to see you again even if you’re coming home in a box of cedar in Box of cedar). Pas de lugubre cependant, mais ce sérieux qui force le respect sans inspirer le ridicule.

Si les climats introspectifs et les voix féminines sont votre tasse de thé, vous avez trouvé une nouvelle compagne de route, entre Hope Sandoval (Opale, Mazzy star, The Warm inventions) et Lisa Gerrard (Dead Can Dance). (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)

  • Lana Del Rey - Did You Know That There’s a Tunnel Under Ocean Blvd (...)

    Généreuse dans l’effort, Lana Del Rey l’est certainement, et il faut l’être pour livrer aussi régulièrement des albums aussi consistants. Surtout s’ils sont entrecoupés de recueils de poésie. Maintenant, on peut s’affranchir d’un rappel des faits précédents. On remontera juste jusqu’au formidable Noman Fucking Rockwell ! pour signaler qu’il y a eu deux albums jumeaux en 2021 qui l’ont vu à la fois revenir à (...)