Accueil > Musique > 2007 > Fujiya & Miyagi - Transparent Things

Fujiya & Miyagi - Transparent Things

vendredi 29 juin 2007, par Paulo

Brise légère sur Brighton


Suite au single Ankle Injuries et son clip pixelisé (Voir chronique associée sur radiolibre.be) , j’ai trouvé intéressant de jeter une oreille à l’album Transparent Things de Fujiya & Miyagi.

Si quelques titres sont sympas et que l’on peut y trouver quelques attraits sonores, attention à l’ennui lors de premières écoutes. Effet de composition et de production, c’est propre, trop peut-être, les voix et mélodies restent confinées derrière la mécanique de lignes de basse et batterie, et l’on souhaiterait souvent plus d’éclats... Ca pourrait être qualifié de easy-listening poprock en quelques sortes.

Si globalement cela fait penser à The Notwist ([Cylinders] est une bonne illustration) mais sans l’intensité émotionnelle, certains accents attirent l’attention, comme ces quelques effets de breaks ou de backing vocal qui rappellent Daan Sucker Punch et Magnus [Collarbone] mais toujours avec, ici, une présence plus discrète (ce qui, on en prend conscience, n’est pas un mal).

L’instrumental en plage 4 Conductor 71 est très trippant à fort volume comme le single Ankle Injuries, mais au jeu des synthés trippant la version originale de Pop Corn de Gershon Kingsley et de son Moog fait encore tout aussi bien l’affaire.

Années 80 avec le dernier titre, la froideur des synthés, l’effet de voix, le funk de la basse, la mécanique des machines, voilà encore des côtés séduisants qu’il est encore possible de balancer avec un "mais".
Côté strictement positif, on retiendra la voix chuchotée du chanteur et ses phrases entêtantes qui cadrent justement bien avec l’aspect "confiné" de l’album.

Conclusion : Un single prometteur, un album intéressant, un résultat mitigé principalement dû à une production trop lisse, trop plate. Un album qui ne fera donc pas l’unanimité mais dont on ne boudera pas le plaisir du moment...

http://www.myspace.com/fujiyaandmiyagi

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

  • Editors – EBM

    Peut-être que c’est nous. Peut-être que c’est eux. Toujours est-il que des groupes qui nous ont enflammés à leurs débuts sortent sans coup férir de nos radars pour n’y plus revenir. Bloc Party, Foals, Franz Ferdinand, Archive, ils sont nombreux à être arrivés et repartis. En 19 ans de critiques, c’est sans doute logique. Editors faisait partie du contingent, on avait d’ailleurs conclu la critique du quatrième album par un au-revoir qui semblait définitif.
    C’est le nom et la pochette qui nous ont alertés. (...)

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)