Accueil > Critiques > 2014

Spain - Sargent Place

mardi 29 avril 2014, par marc


Quand on est le fils d’un musicien de jazz réputé, il est difficile de se faire un prénom. Pourtant, il n’a pas fallu longtemps à Josh Haden pour s’en faire un puisqu’il a gravé dans le marbre les deux premiers albums de Spain. De plus, sur leur cinquième album, on note la présence de Charlie Haden, le père sur le morceau You and I. Mais le groupe a aussi fait des petits, inspirés par ce lointain exemple. Et comme parfois, ceux qui perpétuent la flamme peuvent se révéler plus intéressants que leurs modèles. C’est un peu ce qui s’est passé avec Barzin, devenu plus passionnant que Spain. Enfin, ce n’est pas un concours mais les anciens vont reprendre la main avec ce Sargent Place.

Il y a déjà une intéressante montée électrique sur Love At First Sight, qui met dans d’excellentes dispositions et aide à dissiper le souvenir maussade qu’on avait gardé de l’album précédent, passablement décevant. Il leur faut donc moins de deux minutes pour nous reconnecter avec leur brillant passé. Pour encore mieux nous convaincre de leur retour en forme, ils retrouvent cette simplicité extrême qui touche au but.

Certaines mélodies (Let Your Angel, In My Soul) sont à tomber. Simples, prenantes, répétitives, entêtantes, classiques à la première écoute. Même quand ils poussent Sunday Morning jusqu’au mid-tempo dans un accès de folie incontrôlable, ça reste très agréable

L’exercice de la critique peut être assez frustrant quand on n’arrive pas à mettre le doigt sur ce qui plait plus ou moins qu’avant. Mais tout fonctionne ici, alors que pour le même tempo, c’était un bâillement qui accompagnait l’écoute du précédent. Si vous n’avez plus écouté le groupe depuis The Blue Moods Of Spain ou n’en avez jamais entendu parler (on ne sait jamais, peut-être que des jeunes me lisent…), ceci est une bien belle façon de raccrocher le wagon ou sauter dedans à pieds joints. Mais lentement.

http://www.spaintheband.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)