Accueil > Musique > 2016 > Radiohead - A Moon Shaped Pool

Radiohead - A Moon Shaped Pool

lundi 23 mai 2016, par Marc


« Ce n’est pas toi, c’est moi »
Voilà une phrase qui fera sans doute frissonner quelques souvenirs de rupture. Parce que oui, les relations musicales peuvent s’apparenter à des débats amoureux. On se rencontre, on se plait, on se déçoit, on se retrouve ou pas. Il y a 20 ans déjà, une partie de la planète a été amoureuse de Radiohead. Tellement que les voix discordantes ont dû attendre un peu pour se faire entendre. Elles sont maintenant bien audibles et il semble que le fossé entre ‘pro’ et ‘anti’ est établi une fois pour toutes avec peu de chances d’être comblé. Une critique de Radiohead est donc encore plus subjective que les autres.

Comme presque tout le monde, on a été soufflé par l’enchainement The Bends/Ok computer/Kid A. Ils avaient amené la musique pop ailleurs, c’est indéniable. Et puis on a aimé aussi Hail To The Thief et puis bien que rien de spécifique ne se soit produit depuis, on a pris ses distances. Les commentaires ont commencé à porter sur de la communication, de la surprise, et les réseaux sociaux s’en étant mêlés, tout le monde a donné son avis vite, très vite, trop vite, comme pour confirmer le préjugé. Il faut être honnête, je ne pourrais même plus citer un titre de King of Limbs qui m’avait moins impressionné que l’hallucinant texte de Laurent. Alors qu’on ne parle déjà plus de cet ancêtre rendu disponible il y a deux semaines, on peut prendre son temps pour faire le meilleur usage d’un album, à savoir l’écouter, encore et encore.

Parce que c’est la bonne nouvelle, on prend vraiment du plaisir à l’écouter cet album de Radiohead qui se replace dans la course d’une musique vaporeuse et aérienne, reliée à la terre par une pulsation aux aguets. Parce que pour bien profiter de cette musique, il faut ne pas en attendre trop d’émotion. La voix de Thom Yorke semble moins dominer les débats, étant maintenant une composante essentielle d’un assemblage complexe et finement dosé. On a aussi trouvé ces dernières années des groupes autrement plus viscéraux (Shearwater, Moonface) qui ne se battent pas sur le même terrain.

Le guitariste Johnny Greenwood a signé quelques brillantes musiques de film et montre ici qu’il arrive à ne pas se cantonner à un seul style. Les cordes de Burn the Witch semblent plus provenir d’un album d’Owen Pallett, autre orfèvre en la matière. A l’autre bout du spectre, The Numbers lorgne plutôt du côté de Jean-Claude Vannier (arrangeur historique de grands Gainsbourg) dont on retrouve de maintes traces jusque dans les chœurs de Deks Dark qui proposent un joli contrepoint rehaussé par une fausse remontée sur un riff simplissime. C’est riche pour ses 4’40’’ mais pas crevant.

Les cordes sur Daydreaming apportent un bien beau contrepoint à des claviers flous tandis que Flass Eyes laisse tourner la voix de Yorke sous un complexe enrobage de cordes, ce qui est typiquement ce qu’on a entendu sur le dernier Björk. Ce genre de morceau est là pour assurer les transitions, faire varier les climats, pas se poser en candidats à un futur et bien hypothétique best-of.

Mais il y a d’autres candidats. Citons notamment les Identikit avec sa mélodie qui perce le brouillard et ses riffs de guitare acide ou la tension planante de Present Tense et ses chœurs suspendus. Quand Ful Stop repart, on se rappelle que si la section rythmique est moins célèbre que Yorke et Greenwood, elle a toujours été souveraine. Avec en bonus quelques bien jolies incartades sous forme de Krautrock éthéré voire de psychédélisme en roue libre (le trop éthéré Desert Island Disk)

Il est beau ce Radiohead, on devrait se contenter de ça. Non, ce n’est pas un jalon de la musique moderne, ce n’est même pas un sommet de leur discographie, mais on se cantonne très bien d’un plaisir d’écoute, on se satisfait pleinement d’un album qui glisse dans l’oreille tout seul et d’un coup à chaque fois, on apprécie qu’un groupe iconique puisse livrer un album supérieur à ses productions les plus récentes. On s’est retrouvé à une soirée. On s’est souri. Ça n’est pas allé plus loin parce que ça ne devait pas.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Radiohead - A Moon Shaped Pool 25 mai 2016 11:01, par Le Sto

    C’est exactement ça, si certains magasines s’affolent en surévaluant cet album parce que c’est Radiohead et que ça ne se fait pas de dire du mal de Radiohead, Esprit Critiques trouve le ton juste. Oui cet album est bon, oui certains morceaux nous font toujours vibrer mais oui aussi on a l’impression qu’il n’y pas franchement de surprise, que c’est un Radiohead post-Kid A qui est plutôt dans le haut de leurs productions (mieux que King of Limbs en tous les cas !) mais que l’on écoutera un moment en mp3 ou streaming mais qui ne méritera pas non plus qu’on l’achète en format physique.

    Bref : "ah un nouveau Radiohead, cool, oui oui il est pas mal, y’a de bon titres... Et sinon t’écoutes quoi toi en ce moment" ?!?

    repondre message

    • Radiohead - A Moon Shaped Pool 25 mai 2016 12:31, par Marc

      Merci pour ton message. On n’a de comptes à rendre à personne et c’est très bien comme ça.

      Sinon, c’est une vraie bonne question, tu écoutes quoi en ce moment ?

      repondre message

      • Radiohead - A Moon Shaped Pool 26 mai 2016 04:12, par Seb

        Ah oui, une bien belle question que celle-là ! Qu’est-ce qui vous fait frétiller les oreilles en ce moment ?

        Voici une petite sélection d’albums très recommandables que j’aime à écouter ces temps-ci :

        - Who Cares What the Laser Says de White Wine où sévit Joe Haege (ex 31Knots, Menomena, The Dodos...)
        - Human Performance de Parquet Court
        - Visions of Us on the Land de Damien Jurado
        - The Album Paranoia de Ulrika Spacek
        - Singing Saw de Kevin Morby

        Et vous autres ?

        repondre message

      • Radiohead - A Moon Shaped Pool 27 mai 2016 15:56, par Le Sto

        Alors ces temps c’est :

        And Also the Trees, Born into the Waves, une véritable merveille
        Sophia, le dernier, cf ta chronique
        Charlelie Couture, Lafayette, je n’ai jamais pensé que j’écouterais ca une fois dans ma vie, et puis un pote me prête ce truc. Ca m’a fait penser à du Dylan, une voix bizarre et puis un album qui a la pêche. Surprise du mois !
        The Cult, Hidden City, quand même ce groupe, il méritait mieux !

        Et puis je me refais une petite totale des American Recordings de Johnny Cash, ça devrait être obligatoire.

        Mais je vais jeter une oreille à vos propositions, voilà une bonne idée d’enquête à faire de temps en temps...

        repondre message

  • Radiohead - A Moon Shaped Pool 29 mai 2016 10:34, par Laurent

    En ce moment, j’écoute le nouveau Radiohead... en boucle. On est d’accord sur certains points : Desert Island Disk est trop éthéré (le seul morceau faible du disque pour moi, mais il y en a toujours un chez Radiohead) ; la référence à Vannier, aussi. Même analyse de mon côté. Par contre, en effet je suis plus halluciné. :-) Là, la barre est haute, plus haute qu’avec "King of Limbs" en effet, donc tu ne t’étonneras pas si pour l’instant je tiens mon album de l’année. Pour moi, l’album excellent mais sans surprise ce serait plutôt le dernier PJ Harvey. Ici, on tient du très lourd. Qui sera probablement très vite zappé par la plupart, c’est un fait, mais ce ne sera pas mon cas.

    Oui, les critiques ont été précipitées, majoritairement paresseuses (« retour aux racines rock » a-t-on pu lire à gauche et à droite, non mais quelle bande de feignasses)... et Esprits Critiques, comme toujours, a des choses plus futées à dire. :-) Mais un tout bon album de Radiohead, même s’ils en ont déjà fait quatre ou cinq meilleurs, vaut tellement plus que le haut du panier (objectivité zéro, vous l’aurez compris). Et là où je ne suis vraiment pas d’accord, c’est que je le trouve plutôt surprenant moi ! Quelle production incroyable, quelle minutie, quel sens du détail ! En boucle, je vous dis...

    Et sinon, entre deux écoutes ?
    - "Dawn" de Ry X, franchement sympa pour les fans de Bon Iver, Fink & co
    - "The Impossible Kid" du toujours impeccable Aesop Rock
    - le surprenant (pour le coup) album d’Anohni
    - "Full Circle" de Haelos (assez réussi)
    - "The Calm Before" de Matt Elliott (beau)
    - "The Blue Hour" de Federico Albanese (magnifique)
    - "Ici et Là-bas" du Michel Cloup Duo (top)
    - Et sinon, personne n’osera l’avouer mais le dernier Beyoncé est vraiment bon
    - Ah oui : "A Moon Shaped Pool" de Radiohead

    repondre message

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)