Accueil > Critiques > 2021

Frida Hyvönen - Dream of Independance

vendredi 2 avril 2021, par marc


Ce n’est pas parce qu’une artiste nous a marqués fortement qu’elle ne peut pas échapper momentanément à notre radar. Ils faut dire que si certaines de ses productions plus récentes que son album d’il y a 9 ans ne se sont pas signalées, c’est aussi parce qu’elles étaient chantées en Suédois. Et puis la toute dernière fois qu’on l’avait aperçue, c’était aux côtés de First Aid Kit pour une soirée hommage à Leonard Cohen qui fait actuellement l’objet d’une sortie en ce moment.

Une chanson de Frida Hyvönen, c’est toujours frontal. Sa voix est claire et son propos toujours intelligible. Pas moyen de s’échapper, de se laisser distraire par la beauté simple de l’ensemble, on est face à elle et on retrouve le plaisir de ce premier album irrésistible découvert en live une nuit du Northwest. Ses mélodies ne semblent pas suivre vraiment les paroles, on ne retrouve pas toujours la classique découpe couplet/refrain mais c’est pour suivre le sujet de plus près, quel que soit le thème.

Son sens de la description et sa franchise parfois désarmante lui permettent d’aborder les sujets les plus personnels et universels avec succès. Tout dans le sujet de Funeral In Banbridge pourrait être plombant mais elle nous prend par surprise parce que ça sent la vie. C’est comme souvent le personnel qui déduit l’universel. On a (presque) tous connu l’amour qui finit (Thank You) ou revient par surprise (14 at 41). Musicalement, elle renoue à temps plein avec cette pop au piano avec une vibe seventies, qui peut aller des exercices de l’époque de Neil Young ou Elton John.

L’émotion vient ou pas. Elle avait surgi pour ne jamais repartir sur l’incroyable Silence Is Wild, elle était venue sporadiquement sur To The Soul. A vous de voir si vous la suivez quand elle pousse sur Head of the Family. Pour nous c’est oui, notamment parce que sa voix prend un grain bien plaisant. Paradoxalement, c’est quand on est moins captés par deux morceaux de suite, Flock et Sex qu’on se rend compte à quel point le reste nous impressionne. Les choses reprennent d’ailleurs dès New Vision qui propose une ampleur qu’on apprécie.

On ne comprendra jamais vraiment pourquoi on établit une connexion aussi immédiate et indéfectible avec certains artistes. Si on avait un tant soit peu perdu le contact, le lien qui vient de se renouer avec la Suédoise semble plus fort que jamais.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Frida Hyvönen - Dream of Independance 3 avril 2021 17:12, par Laurent

    Wow. Grosse vague de nostalgie à la lecture du nom presque oublié de Frida Hyvönen... Je crois que je ne l’avais plus écoutée depuis dix ans. À la redécouverte de sa voix sur la plage titulaire , l’émotion est intacte. Merci car je crois que je viens d’avoir un avant-goût de ce que seront les retrouvailles post-Covid, et ma foi, ça submerge son homme.

    repondre message

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Josefin Runsteen - HANA Three bodies (Original Soundtrack)

    Même si on n’est pas exactement un service public, un peu de gai savoir s’impose parfois. Le Butoh est une danse de performance minimaliste créée au Japon en 1959. La danseuse suédoise Frauke a donc demandé à sa compatriote Josefin Runsteen de créer une bande-son pour une performance et c’est ce qui constitue l’objet musical du jour.
    La lisière entre les musiques électronique et classique est (...)

  • Annika and the Forest - Même la Nuit

    On l’avoue, un talent féminin éclectique et un peu électronique, c’est quelque chose qui nous plait. On peut penser à Bat For Lashes, Harrys Gym, Jeanne Added, Odd Beholder ou autres et on ajoutera donc la Suédoise Annika Grill et son troisième album.
    On est d’emblée mis à l’aise par un petit air de Metric dans leurs moments les plus gorgés de beats et de guitares combinées (Thinking Crazy). On (...)

  • First Aid Kit - Ruins

    Elles en ont fait du chemin, les Suédoises de First Aid Kit. Il y a un peu plus de 8 ans, on les découvrait dans une petite Rotonde en ouverture de Megafaun et Port O’Brien et maintenant elles jouent à guichets fermés après une expatriation réussie aux Etats-Unis. La recette marche donc et les sœurs Klara et Johanna Söderberg n’ont visiblement pas l’intention de la changer. Deux voix à l’unisson, des (...)

  • Anna von Hausswolff - The Miraculous

    Il y a des noms qui semblent prédestinés, faciles à retenir et qui semblent contenir leur genre. Ca fait longtemps qu’on me parle d’Anna von Hausswolff et je pensais que la Suédoise était un genre de prêtresse gothique. Il a fallu une balade sur la toujours épatante section des sessions de KEXP pour que je découvre ce qu’il en était et tout de suite apprécier cet univers fort.
    Parce qu’elle dégage assez (...)